A la folle course d'obstacles de Cassel, un parcours spécial collégiens pour tout apprendre des abeilles

Publié le
Écrit par Yacha Hajzler .

Ce weekend du 23 septembre, les habitants de Cassel (Nord) disputent la Frappadingue, une course d'obstacle unique en son genre. Les collégiens de la commune ont même eu droit à un parcours spécial pour les sensibiliser à l'importance des abeilles.

Ce weekend du 23 septembre, les habitants de Cassel disputent la "Frappadingue", une course d'obstacle unique en son genre : flaques de boue, passages d’échelles, ponts de singe, filets à grimper, tunnels... Au total une quarantaine d'obstacles pour mettre à l'épreuve les sportifs aguerris ou les groupes d'amis venus se lancer un défi. L'une des autres particularités de la Frappadingue, c'est son souci de mettre en avant le patrimoine et l'environnement. Chaque année, la course se déroule dans un lieu spécialement choisi pour faire découvrir un bout de France aux coureurs. Le village de Cassel en est un parfait exemple : il a été élu "Village préféré des Français" en 2018. 

Cette année, les organisateurs ont de nouveau voulu inscrire dans la course un volet de sensibilisation à destination des collégiens et ont relancé la "Frappadzzingue", un programme pédagogique soutenu par Scol'Air et la Fondation de France. "L'objectif est que les ados ressortent de cette journée en étant incollables sur la vie des abeilles. Sur un tracé de 2km sont disposés des obstacles dans un esprit de parcours du combattant, d'entraide et de solidarité : c’est exactement le quotidien des abeilles ! Ces pollinisateurs parcourent des milliers de kilomètres par jours, portent du pollen, du nectar, de l’eau, bravent inlassablement le vent ou un soleil de plomb  et tente d’échapper aux frelons et autres prédateurs" expliquent les organisateurs. 

"Si je veux leur parler du nectar, je peux leur faire goûter une fleur"

Cette année, 150 collégiens se sont de nouveau prêtés au jeu. "Il s'est mis à pleuvoir, donc l'ambiance a été beaucoup plus gadoue dans l'après-midi mais ça fait partie de la frappadingue, ça nous a permis d'aborder d'autres questions aux collégiens, d'adapter le discours à notre environnement. Par exemple, on a pu parler de la façon dont les abeilles utilisent la boue pour bâtir leurs nids" explique Céline Clenet, présidente de l'association La Casseline, partenaire de l'événement.

Pour elle, une sensibilisation efficace ne peut venir que d'un travail de terrain. "Vivre les choses permet de réaliser. C'est une génération assez numérique, qui a été confinée pendant deux ans et qui a beaucoup appris et expérimenté à distance. Là, si je veux leur parler du nectar, je peux leur faire goûter une fleur. On remet tout en grandeur nature, c'est ça qui est important."

La présidente d'association se dit d'ailleurs encore étonnée de la façon dont les enfants s'attaquent au parcours d'obstacle. "Quand on voit les murs d'escalade, on s'inquiète pour les petits chouquets de sixième. Mais en fait, ils s'en sortent très bien et surtout ils s'entraident, c'est l'esprit de la course. ça crée de la cohésion et c'est pour ça aussi que le collège Robert Le Frison s'en sert un peu de journée d'intégration pour ses 6ème. Eux, ils étaient très contents de se jeter dans la boue, il n'y a pas de souci, rit-elle. Pour une fois qu'ils ont le droit !"

Tous les jours, recevez l’actualité de votre région par newsletter.
France Télévisions utilise votre adresse e-mail pour vous envoyer des newsletters. Vous pouvez vous désabonner à tout moment via le lien en bas des e-mails. Notre politique de confidentialité