L'ADMR, Aide à Domicile en Milieu Rural d'Hondschoote cherche salariés et bénévoles

Rester chez soi malgré l'âge ou le handicap. L'ADMR, l'Aide à Domicile en Milieu Rural remplit ces missions grâce à ses salariés et ses bénévoles. L'antenne nordiste d'Hondschoote intervient chez des particuliers de la naissance à un âge plus avancé de la vie mais peine à recruter.

Grâce à l'intervention quotidienne d'une auxiliaire de vie, Lucienne Walle, 95 ans peut vivre chez elle
Grâce à l'intervention quotidienne d'une auxiliaire de vie, Lucienne Walle, 95 ans peut vivre chez elle © France 3 Littoral Hauts-de-France

A Hondschoote (59), le petit-déjeuner de Lucienne Walle, n'attend pas le lever du jour. Chaque matin, vers 7.30, une auxiliaire de vie de l'ADMR intervient chez cette dame de 95 ans. Préférant son chez elle à un EHPAD, Lucienne sait combien l'ADMR participe de ce maintien à domicile :" Le fait de me réveiller chez moi, c'est très important. Tous les jours, il y a quelqu'un qui vient pour me lever et me préparer mon café. Et puis plus tard dans la matinée, c'est une aide-soignante qui me lave et m'habille. Et désormais j'ai même la permission de faire mon repas moi-même le samedi et le dimanche. Et ça, c'est extraordinaire".

Ce matin-là, c'est Régine, auxiliaire de vie qui s'active dans la cuisine de Lucienne : "Vous prenez du beurre sur vos biscottes ?". La propriétaire des lieux, encore autonome est attablée et prête : "Oui mais je les beurre toute seule, c'est mieux !". Le temps est précieux, compté. Une demi-heure et Régine, le lit fait et la vaisselle terminée, devra enchainer avec une autre maison et d'autres tâches. L'ADMR, association nationale aux antennes multiples, peine à recruter bien que le secteur manque cruellement de personnel et de bénévoles.

49 salariés à l'ADMR d'Hondschoote

"J'aime mon métier. C'est un métier très prenant mais c'est très gratifiant de se dire que l'on peut aider les gens et les aider à les maintenir dans leur cadre de vie. Les horaires sont parfois ingrats, il faut s'investir le soir, le week-end et quand on a des enfants en bas âge ce n'est pas toujours évident. Et dans ce métier, il ne faut surtout pas changer les habitudes gens. C'est à nous de nous adapter", explique Régine Desmulie, auxiliaire de vie passionnée.

L'ADMR toujours à la recherche de salariés et de bénévoles
L'ADMR toujours à la recherche de salariés et de bénévoles © France 3 Littoral Hauts-de-France

Souriante et toujours en mouvement, Régine Desmulie poursuit sa journée dans une autre maison. Chez ce couple, elle vient une fois par semaine faire du ménage. Une intervention chronométrée, mais cette visite est précieuse pour Gilbert Vercruyce, 89 ans :"Chaque semaine, c'est un rayon de soleil dans notre salon. On arrive à un âge où on appréhende de faire grands travaux. L'ADMR, c'est un service formidable car mon intention c'est bien de rester le plus longtemps possible dans ma maison".

Et son épouse de poursuivre : "Régine, elle est rapide comme l'éclair !"

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
région hauts-de-france santé société social économie vie associative génération senior