• MÉTÉO
  • VOS RENDEZ-VOUS
  • SPORT
  • DÉCOUVERTE
  • FAITS DIVERS
  • POLITIQUE

VIDÉO. D'où vient-elle ? Comment va-t-elle ? Qui est son propriétaire ? Ce que l'on sait sur la panthère d'Armentières

La panthère a été accueillie dans le refuge lillois de la LPA du Nord de la France. / © LPA - NF
La panthère a été accueillie dans le refuge lillois de la LPA du Nord de la France. / © LPA - NF

La panthère noire capturée mercredi soir à Armentières (Nord), après avoir été repérée se promenant sur des toits, a été transférée dans un zoo de la région. Jeune et bien-portante, il semblerait qu'elle était détenue et domestiquée par un particulier, qui est recherché.

Par Thomas Millot

Les secours auront mis environ deux heures à capturer une panthère noire, qui se promenait mercredi en tout début de soirée le long d'un chéneau d'habitations rue de l'Avenir à Armentières, comme n'importe quel chat de gouttière.

L'animal qui pèse une trentaine de kilos a même réussi entrer dans une maison. "Sur le coup j'étais très étonnée, j'ai cru que c'était mon chat en fait. Mais avec sa grosse tête, j'ai tout de suite vu que ce n'était pas un chat. Et j'ai couru en bas, direct chez ma voisine, alerter les pompiers", raconte Wendy Drelon, une habitante d'Armentières. La panthère s'est "baladée" pendant près de deux heures.
 
Armentières : une panthère noire se promène sur les toits !

16 pompiers ont réussi à la capturer en douceur. C'est lorsqu'elle est entrée dans un autre logement, qu'un pompier-vétérinaire de Douai a pu l'endormir avec un fusil hypodermique.
 


Griffes coupées


Le félin a ensuite été transporté au refuge lillois de la Ligue protectrice des animaux (LPA - NF), où il a passé la nuit dans une cage et dans le noir, pour lui éviter un maximum de stress. 
 

"Elle est assez jeune, précise la LPA. À vue d'oeil, elle fait la taille d'un labrador". Des signes indiquent que l'animal était voué à être domestiqué : "Elle a les griffes coupées, en tout cas les pattes avant. Ce sont des pratiques tout à fait interdites. Ça revient pour nous à couper la dernière phalange d’un doigt. Elle aura des difficultés pour se nourrir et pour monter aux arbres", déplore la même source.

L'animal est cependant "bien-portant, avec un beau poil".
 
La jeune panthère, dans le refuge lillois de la LPA - NF. / © LPA - NF
La jeune panthère, dans le refuge lillois de la LPA - NF. / © LPA - NF

La panthère a quitté le refuge de Lille ce jeudi matin pour un enclos adapté, au zoo de Maubeuge. Un accueil temporaire selon la LPA. Le zoo sambrien n'a pas confirmé l'information. 
 


Qui est le propriétaire ?


Le logement dans lequel le félin a été piégé par les secours, serait l'habitation où il vivait. Un panier de chien y a été découvert. Et selon le témoignage d'un voisin interrogé par la police, le locataire serait bien le propriétaire de l'animal. Il aurait pris la fuite avant que le quartier ne soit bouclé.  D'autres voisins ont indiqué à la police que "que le propriétaire était parti en vacances".

L'homme, identifié, n'avait toujours pas été interpellé ce jeudi soir.  Il est "toujours recherché" par les autorités. Le commissariat d'Armentières est chargé de l'enquête. 
 
La panthère sur le toit d'une maison à Armentières / © AFP PHOTO /SAPEURS-POMPIERS DU NORD
La panthère sur le toit d'une maison à Armentières / © AFP PHOTO /SAPEURS-POMPIERS DU NORD
 

Que risque le propriétaire ? 


L'animal  n'est pas identifié et ne porte pas de puce, "ce qui suppose un trafic" selon la LPA. L'association rappelle que des "infrastructures, des formations et des certificats adaptés sont évidemment obligatoires pour détenir ce type d’animal". Sur le plan pénal, le propriétaire sera poursuivi "a minima pour mise en danger d'autrui (...) par violation manifestement délibérée d'une obligation de sécurité ou de prudence", un délit passible d'un an de prison et de 15.000 euros d'amende.

"En collaboration avec la police", l'Office national de la chasse et de la faune sauvage (ONCFS, dépendant du ministère de la Transition écologique) a également ouvert une enquête "pour déterminer le cadre légal de détention de l'animal", notamment "son origine" ou "la manière dont il est arrivé à Armentières", a indiqué Stéphane Souriau, chef de la brigade Nord de l'ONCFS.

"Si la panthère a réussi à s'échapper par la fenêtre, c'est que les conditions de sécurité n'étaient pas réunies", a-t-il ajouté.

"Comment un animal de cette nature, soumis à autorisations très strictes, a pu se trouver à cet endroit sans déclaration préalable ? A quelles fins l’animal se trouvait à cet endroit ? On peut suspecter un trafic", s'interroge pour sa part le maire d'Armentières Bernard Haesebroeck. 

Le code de l'environnement prévoit des sanctions d'un an d'emprisonnement et 15 000 euros d'amende pour détention illégale de ce type de félin.

 

A lire aussi

Sur le même sujet

Présentation de Marvin Martin, ex Bleu et nouvelle recrue du FC Chambly

Les + Lus