Berck-sur-Mer : avec l'association “Lames de joie”, Alexandre, 9 ans, peut enfin courir et sauter

Alexandre, 9 ans, peut enfin courir comme les autres enfants. / © @F3Nord
Alexandre, 9 ans, peut enfin courir comme les autres enfants. / © @F3Nord

C'est un rêve qui se réalise. Alexandre, 9 ans, a pu obtenir grâce à l'assocation berckoise "Lames de joie" une lame qui lui permet de surmonter son handicap et de faire du sport comme n'importe quel autre enfant. Portrait. 

Par Jeanne Blanquart

C'est un bon petit moment entre copains. Cet après-midi là, Alexandre n'a qu'une envie : courir. "Il y a beaucoup plus de ressort dans ma lame", explique le jeune garçon à propos de sa prothèse. "Ca me permet de courir plus vite et de faire des plus grandes foulées." Cette fois-là, c'est lui qui mène l'échauffement : montées de genoux, talons-fesses... Depuis 9 mois, c'est un nouveau départ pour Alexandre. Grâce à une lame en carbone, bien plus souple qu'une prothèse de marche classique, il peut s'entraîner. Aller plus loin et plus vite, tout près de ses deux potes. 

Berck-sur-Mer : avec l'association "Lames de joie", Alexandre, 9 ans, peut enfin courir et sauter
>> Un reportage de Jean-Luc Douchet.

"C'est bien de courir avec lui parce que comme ça on joue ensemble", explique son camarade. "Il peut aller plus vite donc on peut jouer mieux que quand il n'avait pas sa prothèse de course !" "Avant j'étais toujours en retard, toujours le dernier, maintenant c'est autre chose", confirme Alexandre. 

Jouer au touché, à cache-cache, des jeux de mômes tout simplement. Des petits bonheurs jusque là moins accessibles pour Alexandre. "Il y en a qui ont eu une malformation et qui ne peuvent pas faire de sport. Moi j'ai eu la chance de pouvoir en faire", sourit le jeune garçon. "Souvent les gens me regardent avec insistance, ça arrive encore mais ça ne me pose pas vraiment problème. Ce n'est pas parce qu'on a une prothèse qu'on peut rien faire et qu'on est moins bien que les autres."



Un appareil coûteux


C'est à la naissance qu'une agénésie, une malformation de la jambe, a été diagnostiquée chez Alexandre. Appareillé à l'âge de 17 mois, c'est aujourd'hui une autre vie que lui offre cette nouvelle prothèse. Coût de l'appareil : 2500 euros. C'était il y a 9 mois et le souvenir reste intact. "J'ai sauté... Je n'avais que ça en tête", se souvient Alexandre. "C'était la première fois que j'avais une sensation pareille."

Ce jour-là, Alexandre et sa maman regardent ensemble la télévision. Sur l'écran, l'image de Marie-Amélie Le Fur, championne handi-sport. Un exemple pour Alexandre, un sourire pour sa maman. "C'est émouvant parce qu'il nous avait demandé une lame il y a à peu près deux ans et on lui avait expliqué que c'était compliqué à cause du budget. Ca a été possible avec "Lames de joie", le prêt de lames de course qui sont faites pour les enfants et grâce à ça Alexandre a sa lame depuis février", explique-t-elle. "Là il grandit donc il rechange de lame. C'est extraordinaire. Il court, il saute, il veut faire plein de choses."

Chaque mardi, Christelle accompagne son fils à l'entraînement de tennis de table. "Croyez-moi il a un courage énorme", affirme son entraîneur. "Il ne se plaint jamais. Moi je ne vois pas le handicap et quand j'ai des conseils à lui donner je lui donne comme je le donne à quelqu'un d'autre."

"Tout à l'heure je parlais de fierté mais c'est plus que ça. Je l'ai vu jouer avant d'avoir sa lame. Je le vois maintenant jouer avec. Il me dit "Tu as vu, j'ai réussi à faire ça !" et je suis heureuse parce qu'il est heureux, tout simplement", conclut sa maman. 


Sur le même sujet

Les + Lus