Déconfinement / surveillance du coronavirus : le département du Nord en "vigilance orange" sur l'activité épidémique

Si la région Hauts-de-France passe au vert pour la deuxième phase de déconfinement, le département du Nord est placé au seuil de vigilance orange en ce qui concerne l'incidence du coronavirus, l'un des quatre nouveaux indicateurs de surveillance présentés ce jeudi par le ministre de la Santé.

Edouard Philippe, Olivier Véran et Jean-Michel Blanquer en conférence de presse ce jeudi.
Edouard Philippe, Olivier Véran et Jean-Michel Blanquer en conférence de presse ce jeudi. © Philippe LOPEZ / POOL / AFP
Dans le cadre de la conférence de presse organisée ce jeudi après-midi par le Premier ministre Edouard Philippe, le ministre de la Santé Olivier Véran a présenté les quatre nouveaux indicateurs du dispositif de surveillance du coronavirus Covid-19.
 
Sur l'un d'entre eux - "l'incidence" - le département du Nord est placé au seuil de vigilance orange. "La pression épidémique est analysée grâce à l'incidence, c'est-à-dire le nombre de personnes infectées sur une semaine, sur 100 000 habitants", a expliqué le ministre. En clair, l'activité épidémique est mesurée ici par le nombre de tests positifs réalisés dans chaque département pendant une semaine, rapportés à 100 000 habitants.
 
Entre 0 et 10, c'est vert. Entre 10 et 50, on passe "au seuil de vigilance", de couleur orange, ce qui est le cas du Nord et de 13 autres départements français : Meuse, Meurthe-et-Moselle, Moselle, Haut-Rhin, Territoire de Belfort, Val d'Oise, Val de Marne, Côtes-d'Armor, Loiret, Maine-et-Loire, Deux-Sèvres, Vienne et Gers. Au-delà de 50 tests positifs recensés en une semaine pour 100 000 habitants, c'est le "seuil d'alerte", en rouge. Aucun département n'est dans cette situation.

"Ces seuils sont cohérents et ils convergent avec ceux retenus par des pays voisins, en particulier l'Allemagne" , a justifié Olivier Véran. Dans les départements en orange, le nombre de nouvelles contaminations sur les 7 derniers jours "reste suffisamment élévé pour justifier une attention particulière", juge le ministre.

 

Clusters et chaînes de transmission


"Cette incidence est dans la plupart des cas expliquée par des cas regroupés, ce qu'on appelle désormais des clusters et ces clusters sont repérés, analysés, isolés", a ajouté Olivier Véran. "En Île-de-France, qui est une situation particulière, c'est le niveau de circulation du virus qui explique cette incidence élevée, sans que cela s'explique principalement par des cas groupés, par des clusters, avec des chaînes de transmission". 
 

Si l'Île-de-France reste classée en orange pour cette phase 2 du déconfinement qui débutera mardi prochain, le Nord et les autres départements des Hauts-de-France ont pu passer au vert. Donc ce taux d'incidence n'a pas vraiment eu... d'incidence finalement.
 
Les trois autres indicateurs de surveillance de l'épidémie sont :Sur ce dernier critère, le gouvernement a donc décidé d'abaisser les seuils jusqu'ici en vigueur (60% pour le seuil de vigilance, 80% pour le seuil d'alerte). "Lorsqu'il y a plus de 60% des patients qui sont en réanimation à cause d'une infection à coronavirus, on considère que le seuil d'alerte est dépassé",  a justifié Olivier Véran. "Cet indicateur, nous l'appliquons à l'échelle régionale, car c'est à l'échelle des régions qu'on doit penser le taux d'occupation des hôpitaux et des réanimations".

"C'est un point de vigilance important pour nous, d'autant plus que le nombre total de patients en réanimation, les malades atteints du coronavirus et les malades atteints d'autres maladies restent à un niveau très élevée"
,  a commenté le ministre.

Prochaine échéance désormais, le 22 juin pour le début de la phase 3 du déconfinement.
 
 
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
déconfinement société coronavirus santé
l’actualité de votre région, dans votre boîte mail
Recevez tous les jours les principales informations de votre région, en vous inscrivant à notre newsletter