• DÉCOUVERTE
  • MÉTÉO
  • VOS RENDEZ-VOUS
  • économie
  • FAITS DIVERS
  • POLITIQUE

Procès du père de Djason, battu à mort parce qu'il pleurait : “Je suis désolé, je regrette énormément ce que j'ai fait”

Raphaël Gamez avait avoué il y a deux ans avoir frappé l'enfant de 6 mois pour le faire taire alors qu'il jouait à la console.

Par Quentin Vasseur avec Quentin Carudel

Le procès de Raphaël Gamez, le père du petit Djason mort sous les coups en janvier 2016, s'est ouvert ce lundi 5 novembre à la Cour d'assises de Douai.

Le prévenu avait à l'époque avoué avoir frappé l'enfant au niveau du thorax pour le faire taire pendant qu'il jouait à la console. Près de trois ans après les faits, il est apparu à la barre cet après-midi et est revenu sur les faits en déclarant, les yeux rivés sur le sol : "Je suis désolé, je regrette énormément ce que j'ai fait".
 
Procès du père de Djason, battu à mort : "Je regrette énormément ce que j'ai fait"
Me Annabelle Garlatti, avocate de la défense. - Reportage de Quentin Carudel et Emmanuel Quinart. Montage de Marie-Elisabeth Masson

Des regrets que souligne son avocate, Me Anabelle Garlatti : "Il est dans un discours de repenti constant depuis le début des faits. Pas un jour ne se passe sans qu'il ne regrette les faits et sans qu'il ne pleure et qu'il ne regrette son geste.
 

 

Rappel des faits


Dans la nuit du 29 au 30 janvier 2016, quand la mère de Djason retrouve son enfant inanimé dans son lit, à Denain, près de Valenciennes, Raphaël Gamez lui explique que c'est le chien qui lui a "sauté sur la poitrine"

Mais l'autopsie montre que le nourrisson est décédé à la suite de coups qui ne peuvent pas avoir été causés par le chien. L'accusé, âgé de 28 ans, jugé pour "violence ayant entraîné la mort sans intention de la donner", est alors placé en garde à vue. Et raconte aux enquêteurs : pendant qu'il jouait à "Call of duty" sur sa console, "le petit Djason n'arrêtait pas de pleurer".

Et de poursuivre : "Moi, je m'énervais sur le jeu vidéo. Je me suis rapproché de lui pour savoir pourquoi il pleurait. Plus je m'approchais, plus il pleurait (...) C'est là que je l'ai tapé (...) je voulais juste qu'il arrête de pleurer". Raphaël Gamez avoue alors avoir porté plusieurs coups de poing au thorax de l'enfant.

 

La mère appelée à la barre demain


L'enquête montre par ailleurs une violente dispute entre l'accusé et la mère du nourrisson peu avant les faits : "Elle voulait me parler, mais je ne l'ai pas écoutée, alors elle a éteint la Playstation, je me suis levé et je l'ai poussée contre le mur (...) j'étais hors de moi", avait expliqué Raphaël Gamez aux policiers.

La mère sera appelée à témoigner mardi, ainsi que de nouveaux témoins et des experts. Le verdict sera rendu mercredi.
 

Sur le même sujet

La Séquence du filmeur

Les + Lus