• MÉTÉO
  • VOS RENDEZ-VOUS
  • SPORT
  • DÉCOUVERTE
  • FAITS DIVERS
  • POLITIQUE

VIDEO. Le LOSC étrille le PSG, revoyez les 6 buts !

© FRANCOIS LO PRESTI / AFP
© FRANCOIS LO PRESTI / AFP

Il y avait deux enfers du Nord, dimanche : le premier entre Paris et Roubaix, et le second, c'est celui qu'a vécu le PSG au Stade Pierre-Mauroy.

Par Q.V avec AFP

Les Dogues risquent d'avoir du mal à se lever, ce lundi matin... Alors qu'il n'avait besoin que d'un nul pour officialiser son titre de champion de France, le PSG a été humilié au Stade-Pierre Mauroy (5-1) après avoir joué la majeure partie du match en infériorité numérique.

La mérite en revient à des Lillois aussi séduisants que mordants pour prendre huit longueurs d'avance sur Lyon et assurer leur deuxième place de Ligue 1, qualificative pour la Ligue des champions, dans le sillage d'un Nicolas Pépé, auteur d'un but et de deux passes décisives.
 


Hors-jeu, erreurs et fautes à gogo

LOSC - Paris Saint-Germain ( 5-1 ) - Résumé - (LOSC - PARIS) / 2018-19

La déroute s'explique notamment par la fébrilité de la défense parisienne, qui n'a cessé d'enchaîner les erreurs, à l'image du but contre son camp de Thomas Meunier (7e) ou l'exclusion de Juan Bernat (37e).

C'est bien le gardien quelques instants plus tard sur un centre anodin d'Ikoné, qui a ouvert le score malgré lui en marquant contre son camp, en ratant son dégagement dans la surface (1-0, 7e). 

En réaction, le meilleur buteur du championnat Kylian Mbappé s'est mué en passeur décisif. Toujours dans son style supersonique et spectaculaire. De quoi signer une ouverture parfaite en demi-volée pour mettre en orbite Bernat, seul au second poteau (1-1, 11e).
 
© FRANCOIS LO PRESTI
© FRANCOIS LO PRESTI

Les blessures coup sur coup de Thiago Silva et Meunier, remplacés successivement par Thilo Kehrer et Moussa Diaby, ont toutefois complètement chamboulé l'édifice parisien, après à peine une demi-heure de jeu.

 

Incontournable Pépé

Et le LOSC en a profité pour pousser le PSG à la faute. Bernat, pris de vitesse par Pépé qui filait seul au but, a été exclu par l'arbitre en raison de sa position de dernier défenseur (37e).

À dix contre onze, Paris est tombé à chaque fois sur un Mike Maignan des grands soirs, ou s'est montré maladroit comme Kehrer, qui a manqué le cadre à deux mètres du but (49e)... 
 

À l'inverse, sur un modèle de contre-attaque, le LOSC a puni Paris par l'inévitable Nicolas Pépé, qui n'a pas manqué l'occasion d'inscrire son 19e but de la saison (2-1, 51e).

Jonathan Bamba a ensuite récompensé l'outrageuse domination lilloise en réalisant un tir imparable du gauche (3-1, 65e). Le point de départ d'une avalanche de buts de la tête signés Gabriel (4-1, 71e) et Jose Fonte (5-1, 84e)... sur deux passes de Pépé.

"On a joué comme des débutants", a déploré Kylian Mbappé après la rencontre, au micro de Canal+. "On va être champions. Mais il faut perdre avec la manière. On ne peut pas manquer de personnalité comme ça, prendre trois, quatre, cinq (buts). C'est ça qui n'est pas normal".

Le dernier 5-1 encaissé par le PSG en championnat remontait au 2 décembre 2000 contre Sedan. Un séisme !
 

Les réactions au LOSC

Christophe Galtier : "Les joueurs ont sorti le match qu'il fallait sortir. On a évidemment fait un grand match mais on a profité de beaucoup de circonstances: l'absence de joueurs majeurs, des blessés rapidement côté parisien, une supériorité numérique. Il n'en reste pas moins que mes joueurs ont sorti un très gros match en terme d'intensité, de rigueur tactique, et surtout d'envie de gagner. On a beaucoup travaillé toute la semaine pour mettre les joueurs dans les meilleures conditions psychologiques, pour qu'ils puissent faire le match qu'on n'avait pas pu faire au Parc des Princes, certes face à un autre PSG (défaite 2-1 à l'aller). Je suis très heureux que mes joueurs aient pu se libérer. On est dans la continuité de ce qu'on fait depuis le début de saison. Il était important de prendre des points, sur un plan comptable c'est une opération très importante. On doit continuer à être dans cet état d'esprit où tous les joueurs se mettent au service du collectif. Mais rien n'est acquis, il reste 18 points en jeu."

Nicolas Pépé : "On a bien bossé cette semaine, on avait à coeur de gagner ce match pour qu'ils ne puissent pas célébrer ici. C'est une soirée assez spéciale pour nous mais ce n'est pas terminé, il faut bonifier cette victoire à Toulouse. C'est tout un collectif qui fait ressortir les individualités, dont moi. Ce sont des matches à enjeu où on me demande d'être efficace et c'est ce que j'essaie de faire au maximum, c'est quelque chose que j'essaie de reproduire sur le terrain."

Gérard Lopez : "Je suis extrêmement fier de l'équipe. On avait été un peu déçu après le match aller parce qu'on ne leur avait pas du tout posé de problèmes. Avec Christophe (Galtier), on a beaucoup préparé le match dans les têtes en disant aux joueurs de jouer à fond et qu'on les ferait douter. C'est une soirée qui va rester pour beaucoup de raisons et j'espère qu'il y en aura beaucoup d'autres. Ne pas être deuxième serait une déception."
 

Sur le même sujet

Valorisé ou malmené ? Mon corps sur les réseaux sociaux

Les + Lus