Depuis près d'un mois, des agents greffiers de la Cour d'appel de Douai protestent contre leur condition de travail. Ce mardi 20 juin 2023, une dizaine de fonctionnaires ont une nouvelle fois demandé davantage de reconnaissance.

Ils étaient une dizaine de greffiers, ce mardi 20 juin, pancartes à la main, à protester sur leur pause-déjeuner. Ces agents de la Cour d'appel de Douai se mobilisent depuis près d'un mois pour dénoncer leur condition de travail et le "manque de reconnaissance". Un mouvement spontané, formé en dehors des syndicats, partagé par d'autres fonctionnaires en France.

"Nos logiciels sont obsolètes"

"Actuellement, nous sommes en souffrance, autant sur les moyens humains que matériels, résume Kelly Hempel, greffière à la Cour d'assises de Douai. Nos logiciels sont soit obsolètes soit en panne".

Sa collègue de travail, Marion Darroman, dénonce la charge de travail de leur profession. "Le métier de greffier, personne ne le connaît, regrette-t-elle. On pense que c'est la personne qui prend des notes à l'audience, mais ce n'est que 1% de notre travail... On prépare tous les dossiers, on prépare l'audience, on exécute les décisions... Il y a plein de tâches inconnues."

Recrutement de 1.500 greffiers d'ici 2027

Une charge de travail qui conduit à un mal-être professionnel. "Aujourd'hui on le vit mal, témoigne Kelly Hempel. On n'y arrive plus." "Il y a un nombre d'arrêts maladies assez impressionnant, ici, à Douai, explique Marion Darroman. C'est peut-être un indicateur de la souffrance au travail."

Le ministère de la Justice a bien annoncé un plan de recrutement de 1.500 greffiers d'ici 2027, en France. Mais pour les fonctionnaires mobilisés, c'est trop peu. "Ce n'est pas suffisant pour absorber les stocks et la charge de travail qui est énorme", assure Marion Darroman.

L'actualité "Société" vous intéresse ? Continuez votre exploration et découvrez d'autres thématiques dans notre newsletter quotidienne.
L'actualité "Société" vous intéresse ? Continuez votre exploration et découvrez d'autres thématiques dans notre newsletter quotidienne.
choisir une région
France Télévisions utilise votre adresse e-mail pour vous envoyer la newsletter de votre région. Vous pouvez vous désabonner à tout moment via le lien en bas de ces newsletters. Notre politique de confidentialité