ArcelorMittal monte au capital d'Ecocem France, un nouveau site va ouvrir à Dunkerque

Publié le Mis à jour le
Écrit par AFP
Le site d'Arcelor, à Dunkerque.
Le site d'Arcelor, à Dunkerque. © MAXPPP

Le groupe sidérurgique ArcelorMittal a annoncé lundi la prochaine augmentation de sa participation au capital de la société Ecocem France, qui fabrique un substitut du ciment à partir du "laitier", les scories qui se forment lors de la production dans les hauts-fourneaux.

D'ici la fin mai, ArcelorMittal détiendra 49% d'Ecocem France, contre 30% jusque là, ont précisé les entreprises dans un communiqué commun. La coentreprise Ecocem France a été créée en 2007 par ArcelorMittal et le groupe irlandais Ecocem Materials pour développer la production de laitier granulé de haut-fourneau, valorisant un sous-produit de la fabrication d'acier par ArcelorMittal en France.

Le laitier moulu est principalement utilisé en substitution du ciment classique dans la fabrication des bétons. Ce produit est également employé dans la fabrication de liants et de certains types de ciments. "L'empreinte carbone du laitier (est) significativement plus faible que celle du ciment", souligne le communiqué. 


Bientôt un nouveau site à Dunkerque


Ecocem France exploite actuellement un site de production de laitier moulu, à proximité de l'usine ArcelorMittal de Fos-sur-Mer (Bouches-du-Rhône), d'une capacité annuelle de plus de 700.000 tonnes. Le laitier moulu produit à Fos-sur-Mer est exporté vers le Royaume Uni, l'Italie et l'Espagne.

Un deuxième site ouvrira en mai 2018 à côté de l'usine ArcelorMittal de Dunkerque, portant la capacité totale d'Ecocem France à 1,4 million de tonnes de laitier moulu. Cette production servira aux chantiers du nord et de l'ouest de la France, et sera exportée au Royaume Uni et en Belgique. 


En partenariat avec France 3 France Bleu et Make.org

Participez à la consultation citoyenne sur la présidentielle 2022

Faites-vous entendre ! France 3 Régions s'associe à la consultation Ma France 2022, initiée par France Bleu sur la plateforme Make.org. Le but ? Vous permettre de peser dans le débat démocratique en mettant vos idées les plus plébiscitées au centre de la campagne présidentielle.