Carnaval de Dunkerque. 10.000 personnes bravent l'interdiction : "On n'est pas censé être là, mais on est là quand même"

Publié le Mis à jour le
Écrit par Anas Daif

Annulé pour la deuxième année consécutive à cause de la crise sanitaire, le carnaval de Dunkerque s'est tout de même tenu pour le plus grand plaisir de ses habitués.

Vivez le Festival Interceltique : Le Festival Interceltique de Lorient 2022

Malgré l'annulation par la prefecture pour des raisons sanitaires, les Dunkerquois se sont réunis par milliers pour célébrer le carnaval sous un soleil radieux. Ils devaient à l'origine sacrifier "les Trois Joyeuses", programmées du 26 au 28 février, mais l'envie de célébration était trop importante pour manquer cet événement une deuxième année d'affilée. 

Près de 10.000 personnes étaient présentes aujourd'hui, beaucoup moins que les années précédentes. Le carnaval avait été annulé l'an dernier à cause du Covid-19, laissant les Dunkerquois sur leur faim. Il avait pu se tenir en 2020, moins d'un mois avant le premier confinement et avait réuni 50.000 personnes.  

Las des mesures sanitaires, les carnavaleux se sont réunis à coups de déguisements et maquillages originaux. Dès le matin, ils étaient sur la place Jean-Bart où plusieurs centaines d'entre eux ont débuté les festivités.

Parmi eux, on retrouve Jean Yoann, qui a été pris de "frissons" en arrivant sur place. "On est quand même content et heureux de se retrouver ici. C'est quand même bizarre de faire ça sans que ce soit réellement organisé", admet-il en ajoutant que d'un point de vue sanitaire, ils ne sont pas là "pour embêter les gens, chacun est responsable de ce qu'il fait". 

Dans les premiers venus, un groupe de femmes se réjouit de pouvoir célébrer le carnaval après une édition manquée à cause du Covid. "On est pas censé être là, mais on est là quand même", lance fièrement l'une d'entre elles. Une autre, de son côté, fait part de ses précautions : "on fait quand même beaucoup moins de zotches [bisous sur la bouche] que d'habitude, parce que d'ordinaire dès qu'on croisait des amis et même des inconnus, on faisait des zotches, mais là on en fait beaucoup moins. On essaie de se retenir."

Le contexte de la guerre en Ukraine se fait tout de même ressentir. Certains canarvaleux n'hésitent pas à exprimer leur soutien et leurs pensées au peuple ukrainien, "nous on fait la fête, eux ils font la guerre", déplore une dame sur la place Jean-Bart. 

Une ambiance festive et bon enfant

La marche est officiellement lancée à 15 heures. Tombours, trompettes et musique accompagnent les canavaleux hauts en couleur. "C'est beau à voir, c'est magnifique ! C'est une ambiance qu'on n'aura nulle part ailleurs", s'extasie un carnavaleux avant de rejoindre des amis pour chanter.

"On est là pour la fête, les copains et la tradition surtout, explique un autre, qui a débuté les célébrations dès ce matin dans son appartement. On est heureux, dans un esprit de bienveillance, de joie et de fête, donc c'est impeccable.

Il poursuit en expliquant qu'avec "tout ce qui se passe, on est obligé de sortir" et se dit fier de voir tous les dunkerquois "qui sont au rendez-vous, et ça fait plaisir.

Le beau temps a conforté les carnavaleux dans l'idée de braver l'interdiction et l'ambiance festive a fini par chasser la cuplabilité. Ils espèrent pouvoir défiler l'an prochain dans un cadre officiel et organisé.