Le psychiatre Laurent Karila, formé à Lille, a choisi de se spécialiser en addictologie. Dans son dixième livre "Docteur addict ou pas ?" il vous aide à déterminer si vos comportements sont problématiques. Dans quelle mesure êtes-vous addict au sport, aux réseaux sociaux ou encore à la nourriture ? L'expert de "Ça commence aujourd'hui", dont le millième épisode a été diffusé le 15 mars 2024 sur France 2, vous donne les clés pour vous tester.

Évidemment, tous ceux qui se plaignent d'être accros au chocolat n'ont pas forcément un problème d'addiction. Mais où est la limite ? Comment savoir si nous avons des comportements addictifs ? Le psychiatre addictologue Laurent Karila, consultant auprès de Faustine Bollaert pour l'émission Ça commence aujourd'hui, qui vient de fêter son millième épisode le 15 mars 2024 sur France 2, donne les clés pour se tester dans son dixième livre, Docteur addict ou pas ? publié chez Harper Collins.

"Ce sont de vrais tests scientifiques, argue-t-il. Ce n'est pas un livre d'addictologie, c'est un livre sur nos comportements de base : manger, boire, faire l'amour, du sport, de la chirurgie esthétique... Il permet de faire le point sur tous nos comportements. Quels sont-ils, comment peuvent-ils devenir excessifs, le sont-ils et pour certains, si on est un peu dans l'addiction, il y a des conseils."

durée de la vidéo : 00h13mn00s
Le psychiatre Laurent Karila, intervenant régulier dans l'émission de Faustine Bollaert "Ca commence aujourd'hui", présente son livre "Docteur addict ou pas" le mardi 26 mars 2024 sur le plateau de "Vous êtes formidables"... et raconte à quel point il est fan du groupe Kiss ! ©FTV

Une addiction, c'est une maladie

Être addict à une drogue, tout le monde sait que c'est grave. Mais être addict au sport, par exemple, n'est-ce pas positif ? "Une addiction, c'est une maladie, tranche le psychiatre. Les addictions comportementales, c'est exactement comme les addictions à l'alcool, aux drogues ou au tabac. On a des comportements qui nous récompensent naturellement. Quand vous faites du sport, par exemple, ça vous fait du bien. Or, s'il y a des déréglements au niveau du cerveau, on peut basculer dans la maladie addictive."

"Certaines personnes vont utiliser le sport comme une drogue, qui va être associée à un trouble dysmorphique. Ça veut dire qu'on a toujours un problème avec son corps et la vision qu'on en a. Cela peut entraîner ce qu'on appelle de la bigorexie. C'est le fait de scupter son corps sans arrêt avec du sport, sans jamais être satisfait. Si on veut en sortir, il faut être suivi."

Êtes-vous addict au sport ?

Alors, comment savoir si on est addict au sport ? "Les signes de l'addiction à l'exercice physique, écrit Laurent Karila dans son livre, sont des signes classiques d'addiction comme toutes les substances, que l'on peut résumer par les 5C sur au moins douze mois."

Les 5C correspondent à un moyen mnémotechnique, valable pour toutes les addictions aux substances ou aux comportements :

  • usage Compulsif
  • perte de Contrôle
  • Craving, c'est-à-dire envie irrépressible de consommer ("si vous avez envie à crever de faire du sport", précise Laurent Karila)
  • usage Continu
  • Conséquences sur sa vie physique, psychique et sociale.

Quand on a les 5C pendant douze mois, il faut consulter.

Dans Docteur addict ou pas ? un test propose de vous évaluer quant à votre pratique du sport. À vous de dire si l'exercice est ce qui compte le plus dans votre vie, si des conflits ont surgi avec votre famille à cause de l'entraînement, si l'exercice modifie votre humeur, si vous augmentez continuellement votre niveau d'entraînement journalier ou encore si vous vous sentez irritable quand vous ratez un entraînement. 

"Le sport doit rester un plaisir, avertit le médecin. S'il s'accompagne de stress, d'angoisses, de tristesse, il ne joue plus son rôle de source de bien-être. Être addict au sport n'est pas moins grave que d'être addict à une drogue. Le mot central, c'est l'addiction."

"C'est une maladie chronique qui va entraîner des conséquences. Quand on va faire du sport à outrance, il va d'abord y avoir des conséquences physiques, fractures de fatigue, entorses, mais aussi des conséquences psychiques  : tristesse, dépression, anxiété."

Une addiction peut en cacher une autre

"Quand on a cette pathologie addictive, précise Laurent Karila, il est facile de remplacer une addiction par une autre ou d'en avoir plusieurs. Au fond, on se fout de la substance ou du comportement, puisque c'est une maladie. En fait, l'addiction c'est comme un arbre avec plein de branches. Quand vous en coupez une, une autre repousse. Il faut travailler sur les racines. Et dans l'approche thérapeutique, il faut travailler sur toutes les branches."

On peut ainsi soigner son addiction au sport et se mettre à manger, à jouer, ou à passer de plus en plus de temps sur des écrans, que ce soit sur Instagram ou pour visionner des séries. "Quand le plaisir se transforme en souffrance, c'est là qu'est l'addiction. C'est valable pour tout. La nourriture, l'alcool, le sport et même les réseaux sociaux."

Et les réseaux sociaux ?

Dans son livre, Laurent Karila explique ainsi ce qu'est le doomscrolling. "C'est le fait de faire défiler de façon infinie son écran numérique de haut en bas. Consulter ainsi son téléphone vise initialement à se rassurer. En réalité, ce sentiment de sécurité ne dure pas et devient source de stress et d'anxiété. Lorsqu'on lit ou qu'on voit des choses négatives, notre corps et notre mental les traitent comme des menaces. (...) Être exposé en permanence à des éléments négatifs augmente donc les niveaux d'anxiété mais également les troubles du sommeil avec l'insomnie au premier plan."

Au-delà des tests, le livre regorge aussi de conseils. Par exemple, pour limiter le doomscrolling, Laurent Karila préconise de ne pas avoir de smartphone ni de tablette dans les chambres, de ne pas se jeter sur le smartphone le matin au réveil, ou encore d'établir des règles d'usage des outils numériques pour la famille.

Docteur addict ou pas ? est publié aux éditions Harper Collins. En plus d'être consultant pour l'émission de Faustine Bollaert Ça commence aujourd'hui sur France 2 , Laurent Karila présente aussi le podcast Addiktion, dont la troisième saison est consacrée aux femmes.

L'actualité "Culture" vous intéresse ? Continuez votre exploration et découvrez d'autres thématiques dans notre newsletter quotidienne.
L'actualité "Culture" vous intéresse ? Continuez votre exploration et découvrez d'autres thématiques dans notre newsletter quotidienne.
choisir une région
France Télévisions utilise votre adresse e-mail pour vous envoyer la newsletter de votre région. Vous pouvez vous désabonner à tout moment via le lien en bas de ces newsletters. Notre politique de confidentialité