Les éthylotests antidémarrage, en test dans le Nord

Un éthylotest antidémarrage. / © MAXPPP
Un éthylotest antidémarrage. / © MAXPPP

En 2015, 866 personnes sont mortes dans des accidents de voiture impliquant un conducteur alcoolisé. Le gouvernement a donc décidé d'expérimenter l'éthylotest antidémarrage. Il pourra être imposé aux automobilistes. Le Nord fait partie des trois départements tests.

Par Hélène Tonneillier

Le principe est simple : on souffle dans l'éthylotest et s'il passe au rouge, impossible de démarrer le véhicule. Un deuxième essai, une demi-heure plus tard, est alors proposé. On ne peut donc pas prendre le volant en état d'ébriété.

Les candidats éligibles à la mesure sont examinés par une commission médicale. Ils subissent plusieurs tests. S'ils sont favorables, les personnes arrêtées en état d'ébriété, peuvent obtenir un permis provisoire et conduire à nouveau leur véhicule équipé de cet éthylotest.

"C'est une mesure éducatiive et alternative proposée lorsqu'il y a une suspicion de récidive forte", explique le Dr Alain Lemaire, docteur à la Commission médicale. Un suivi psycologique est prescrit en parallèle. 

A savoir que la mesure a un coût important pour l'usager 1700 euros (prix de l'éthylotest antidémarrage), ou 90 euros par mois, plus les frais de pose par le garage.

Si la mesure est concluante, elle sera étendue à toute la France au 01/01/2019.
L'éthylotest antidémarrage
Reportage de BAUDENAILLE-PESSOTTO Tristan et GILTAY Frédérik - France 3 Nord

 

Sur le même sujet

Les + Lus