Euroligue de basket. L'entraîneur de l'ESBVA, Rachid Meziane, nommé coach de l'année

Après une saison en Euroligue qui a pour l'instant mené les féminines de l'ESBVA (Villeneuve-d'Ascq) jusqu'en finale, leur entraîneur Rachid Meziane a été récompensé pour ses efforts : ce samedi 13 avril 2024, le Villeneuvois a reçu le prix de coach de l'année. Un beau titre qui ne l'empêche pas de se concentrer sur la finale de ce dimanche, face au club d'Istanbul.

Après l'exploit des guerrières de l'ESBVA (Entente sportive Basket de Villeneuve-d'Ascq), qui se sont imposées en demi-finale d'Euroligue face à Prague, c'est au tour de leur entraîneur de briller. Ce samedi 13 avril 2024, en plein déplacement à Mersin (Turquie), en cette veille de grande finale, le Villeneuvois Rachid Meziane a remporté le prix de coach de l'année 2024.

D'autres noms importants du basket-ball européen concouraient face à lui, comme le Hongrois Peter Volgyi, entraîneur du DVTK Miskolc, ou Carlos Cantero Morales, coach du club espagnol "Basket Saragosse 2002".

Une saison exceptionnelle

C'est sous les cris de ses joueuses que Rachid Meziane a soigneusement monté les marches pour récupérer son trophée. Le deuxième qu'il reçoit cette saison, après avoir remporté le titre de meilleur entraîneur de la Ligue féminine de basket. "C'est quand même une surprise quand je vois les grands noms face au mien. Mais ça reste une fierté et un honneur de représenter tout un club, une région, Villeneuve-d'Ascq et même la France. Bien entendu c'est quelque chose que je dois à l'équipe et à tous ceux qui gravitent autour de moi", livrait humblement Rachid Meziane ce samedi.

Surtout, l'entraîneur villeneuvois garde la tête froide. Il a un match à préparer et pas n'importe lequel, puisque cela faisait 20 ans qu'une équipe française n'avait pas atteint ce stade de l'Euroligue. "Ce trophée arrive entre deux matchs importants, notre demi-finale gagnée et la finale, mon devoir c'est aussi de pouvoir me concentrer sur la suite et sur le résultat collectif de demain."

Ce trophée arrive entre deux matchs importants, notre demi-finale gagnée et la finale, mon devoir c'est aussi de pouvoir me concentrer sur la suite et sur le résultat collectif de demain.

Rachid Meziane, coach de l'ESBVA

Ne pas oublier la finale

La rencontre de demain, Rachid Meziane "la sent plutôt bien". Ses joueuses ont eu le temps de profiter de leur victoire ce vendredi et ont maintenant les idées claires, concentrées sur la très courte échéance à venir... Ce qui ne les empêche pas de se réjouir pour leur coach : "C'est un bon meneur, un bon gars, il met beaucoup de cœur et de passion dans ce qu'il fait", raconte la basketteuse américaine Kamiah Smalls. "Il le mérite, on a eu une saison vraiment très spéciale et c'est lui qui a permis tout ça, il nous a toutes sélectionnées lui-même."

Demain je serai à 100%, voire à 200% turque.

Valérie Garnier, coach du Fenerbahçe İstanbul

Un dénouement qui s'apparente à un véritable conte de fées pour les guerrières de l'ESBVA, même si tout n'est pas encore gagné. Ce dimanche 14 avril, c'est au club turc du Fenerbahçe İstanbul qu'elles devront arracher la victoire. Et Valérie Garnier, coach française de l'équipe adverse, ne compte pas se laisser déstabiliser par le nouveau prix de Rachid Meziane : "Je le félicite j'ai travaillé avec lui pendant 8 ans, il a été mon assistant, je connais sa rigueur, son travail, ses valeurs, tout ce qui lui arrive en ce moment il le mérite. Et puis ça veut dire que le basket français va bien. Mais pour ma part, demain je serai à 100%, voire à 200% turque."