Grande-Synthe : rencontre avec le boxeur Raphaël Tronché, champion de France des poids lourds

Raphaël Tronché a conservé sa ceinture de champion de France des poids lourds à Besançon le 22 mars / © MAXPPP
Raphaël Tronché a conservé sa ceinture de champion de France des poids lourds à Besançon le 22 mars / © MAXPPP

Le boxeur grand-synthois Raphaël Tronché a conservé son titre de champion de France des poids lourds le week-end dernier. Une nouvelle victoire pour le Nordiste qui détient déjà trois ceintures de champion dans la catégorie reine de la boxe.

Par Par Sami. S avec Loïc Beunaiche

Avec 1.87m pour 106 kilos, Raphaël Tronché n’a pas le gabarit le plus impressionnant chez les boxeurs poids lourds. Mais depuis près d’un an et demi, il détient la ceinture de champion de France de la catégorie.

Le week-end dernier, il a facilement dominé son challenger, Zakaria Azzouzi, par K.O après un peu plus d’une minute de combat. « C’est le plus beau scénario qu’un boxeur puisse espérer. Un K.O, en plus de ça au premier round, sans prendre de coups », se réjouit le Grand-Synthois.

Dans la catégorie-reine de la boxe, la puissance des coups portés favorise les K.O. « Le plus mauvais des mauvais peut battre le meilleur des meilleurs. On pèse 100 kilos, une fois qu’on touche, c’est terminé », confirme Raphaël Tronché.
 
Raphaël Tronché champion boxe
 


Déjà triple champion de France


Avec cette nouvelle victoire, le boxeur a déjà trois ceintures de champion de France à son palmarès. Il les conserve chez lui, dans un simple sac en papier. « Il n’y a pas de place pour l’orgueil dans la vie. Quand ma carrière sera finie, je les exposerai », explique le Grand-Synthois.

Raphaël Tronché n’imaginait pas devenir professionnel. Il a d’abord commencé par le rugby avant de se tourner vers la boxe. Après ses débuts à Grande-Synthe, il a rejoint l’Athletic Boxing Club de Calais et combat désormais pour l’écurie de Joseph Germain à Noisy-le-Grand.

Quand il pose ses gants, Raphaël Tronché fait aussi de la musique et notamment du piano. Une manière de se changer les idées. « La boxe est un sport où tout est tellement dur, que finalement, on en oublie la douceur. Quand je viens au piano, ça me permet de retrouver ça », raconte le boxeur.

Pour le Nordiste, la boxe est aussi un moyen de canaliser son énergie. « Pouvoir extérioriser la violence, les peines en moi à travers un sac, un sport et ses valeurs, c’était quelque chose qui me permettait de me canaliser, de tenir mes démons », confie le Grand-Synthois.
 
Raphaël Tronché combat Azzouzi

 

Vers un combat contre Tony Yoka


Prochaine étape : un combat contre Tony Yoka. Propulsé nouvelle star de la boxe après son titre olympique en 2016, son rival a été suspendu un an pour manquements au règlement antidopage. Il est requalifié dès juillet et convoite le titre de champion de France des poids lourds, détenu par Raphaël Tronché. Les deux hommes ont ouvert les hostilités cette semaine.

Dans une interview au journal L’Equipe, Tony Yoka a accusé Raphaël Tronché d’éviter le combat après que celui-ci ait refusé sa proposition financière. Mais le boxeur grand-synthois veut fixer ses conditions et demande du respect à son challenger. « Que j’aille boxer Tony pour n’importe quel prix, non ça ne m’intéresse pas. Qu’on trouve un terrain financier équitable oui, sinon non », prévient Raphaël Tronché.
 

Sur le même sujet

Les + Lus