Handicapé moteur, il va gravir l’Aconcagua, le plus haut sommet d’Amérique

Après le mont Blanc et le Kilimandjaro et malgré des jambes atrophiées, le nordiste Morad Ferrahi prépare l’ascension de l’Aconcagua en Argentine. La plus haute montagne d’Amérique culmine à 6962 mètres. Départ prévu le 7 janvier 2024 pour ce champion des sommets.

Morad Ferrahi enchaîne les exploits. Porteur d’un handicap depuis tout petit qui affecte ses membres inférieurs, il a réussi l’ascension  du mont Blanc en 2021 et du Kilimandjaro en 2022. Il s’attaquera le 7 janvier 2024 au plus haut sommet d’Amérique, l’Aconcagua, en Argentine.

Sa malformation a été diagnostiquée vers l’âge de six ans : une atrophie des tendons qui a empêché la croissance normale de ses jambes. Malgré ce handicap, Morad Ferrahi croque la vie à pleines dents : "J’ai toujours fait du sport, foot, hand, natation, aucun frein, jusqu’au jour où j’ai voulu chausser les skis en Haute-Savoie. Impossible !"

Il a donc été amené à faire de la raquette et de la randonnée : J'ai vu le mont Blanc et j’ai ressenti quelque chose. Je me suis dit : « Un jour, pourquoi pas ? ». J’ai mûri ça pendant deux ans."

Premier exploit en juin 2021. Morad réussit l’ascension du mont Blanc, 4805 mètres. Pas question de s’arrêter en si bon chemin ; il tente en 2022 le Kilimandjaro, 5895 mètres, le plus haut sommet d’Afrique ! "Un sacré défi, se souvient-il, avec des guides, des porteurs, des personnes qui viennent du monde entier et qui sont valides, même si moi aussi je me sens valide."

Le champion pense s’arrêter là, mais la machine se remet en route. Être à 100%, Morad Ferrahi ne sait pas ce que c’est. Il est à 300%, tout le temps ! Il lui faut donc aller plus haut, après avoir passé les nuages du Kilimandjaro.

Nouvel objectif : l’Aconcagua, 6962 mètres, le plus haut sommet d’Amérique, point culminant de la cordillère des Andes. "La montagne, ça fait toujours peur, souligne Morad. C’est un nouveau défi. Il se passe toujours quelque chose, mais on s’adapte."

"De camp de base en camp de base, on écoute les guides. Je suis bien encadré, il y a des médecins, des porteurs, il n’y a pas de raison que ça se passe mal. On se donne tous les moyens."

On me dit que je suis courageux, mais pour moi c’est normal, je suis un sportif. Si j’ai envie de faire quelque chose, je le fais !

Morad Ferrahi, champion des sommets

Commercial de profession, Morad Ferrahi s’entraîne dur pour réussir, matin et soir, à raison de treize séances par semaine avec un coach : de la marche sur sable, de la musculation, du cardio ou encore de la natation à Tourcoing-les-bains, une piscine qui est mise à disposition.

"On me dit que je suis courageux, ça fait plaisir, ça donne du peps, mais pour moi c’est normal. Je suis un sportif, si j’ai envie de faire quelque chose, je le fais !"

En haut des sommets, Morad Ferrahi avoue ressentir une fierté, de l’émotion. Mais il ne veut pas s’ériger en modèle : "C’est vraiment un message universel, pour encourager tout le monde et croquer la vie. Peu importe comment vous êtes, donnez-vous le courage, dépassez-vous. Valides ou invalides, ayez un seul regard."

durée de la vidéo : 00h03mn14s
Morad Ferrahi s'apprête à conquérir l'Aconcagua, malgré un handicap moteur. Reportage M. Schelcher, O. Brisse et R. Maucort. ©FTV

Morad Ferrahi sait qu’il peut compter sur ses nombreux soutiens, la famille, les proches, les amis, les sponsors, les personnes qui l’encouragent sur les réseaux ou dans la rue, et sa ville de Wattrelos près de Lille. Il emmène d’ailleurs toujours dans ses expéditions une Berlouffe, la poupée traditionnelle de la commune. "Sans eux, je n’en serais pas à mon troisième sommet !", sourit Morad.

Morad Ferrahi était l'invité de Vous êtes formidables le 12 décembre 2023. Pour revoir l'émission, c'est ici.