Cet article date de plus de 3 ans

Hauts-de-France : plus de 100 000 m3 d'eau perdue dans des ouvertures sauvages de bouches d'incendie

Les ouvertures sauvages de bouches à incendie se multiplient en France et notamment dans la région, où les températures restent élevées. Dans la métropole lilloise, les pompiers ont reçu près de 1.000 appels liés à des bouches à incendie ouvertes.
L'ouverture des bouches à incendie pose également problème à Paris.
L'ouverture des bouches à incendie pose également problème à Paris. © Aurelien Morissard / IP3 / France 3
Alors que l'alerte orage à la canicule a été levée dans les Hauts-de-France, les ouvertures "sauvages" de bouches et de potaux à incendie prennent une ampleur importante, notamment dans la région.

On compte 600 appareils ouverts dans les Hauts-de-France, principalement à Lille, Roubaix et Tourcoing. La Croix du Nord évoque l'ouverture de 90 bouches à incendie dans la métropole lilloise et plus de mille appels passés auprès des pompiers.

L'équivalent de 40 piscines olympiques


Au total, dans la région, ce sont plus de 100.000 mètres cube d'eau qui ont été perdus, soit l'équivalent de 40 piscines olympiques. 

En Île-de-France, où les ouvertures sauvages se multiplient également, le distributeur d'eau Veolia a publié un communiqué : "La journée du mercredi 21 juin a vu le phénomène des ouvertures intempestives de bouches et poteaux incendie prendre une ampleur non connue à ce jour, qui devient critique".

Le groupe "en appelle au civisme et à la responsabilité des usagers" pour mettre fin aux "ouvertures intempestives", qui "représentent un danger pour tous" en cas d'incendie et sont aussi à l'origine d'inondations et de blessures.

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
pompiers faits divers météo