Industrie automobile : la Région déploie 25 millions d’euros pour former aux futurs emplois de l’électrique

Avec l’implantation de trois sites majeurs de fabrication de véhicules électriques, la Région va avoir besoin d’une main d’œuvre spécialement formée, au moins 7500 emplois. Elle a donc lancé aujourd'hui le plan Electro'Mob avec une enveloppe de 25 millions d’euros pour tenter de répondre aux besoins de cette nouvelle industrie.

À l’horizon 2030, le Nord-Pas-de-Calais sera l’un des pôles incontournables de l’industrie automobile et son électrification. En effet, trois sites majeurs vont voir le jour, des   "gigafactories" de batteries, à Douvrin dans le Pas-de-Calais mais aussi Dunkerque et Douai dans le Nord.

Pour rappel, le site de Douai produit déjà la Renault Megane Electric. Le futur Scenic ainsi que la R5 y seront aussi assemblés dès l’an prochain. Le développement de ces futurs sites va nécessiter la création d'au moins 7500 emplois notamment dans le domaine de la fabrication de batteries.

La Région a donc lancé ce lundi le programme Electro’Mob. Cette opération est portée par 40 partenaires réunissant les principaux constructeurs automobiles implantés dans les Hauts-de-France, le monde universitaire. Objectif : être en mesure de dispenser plus de 11 000 modules de formation aux nouvelles compétences de l’industrie automobile.

"Les constructeurs ont compris que rester chacun de son côté ne pouvait pas marcher"

Xavier Bertrand, Président du conseil régional des Hauts-de-France

Une opération de telle ampleur réunissant autant de partenaires différents est une première en France pour le président de Région, Xavier Bertrand : "Les constructeurs automobiles sont concurrents d'habitude, mais cette fois-ci ils ont compris que s’ils restaient chacun de leur côté ça ne pourrait pas marcher. Je suis convaincu qu’on ira au-delà de ces 7500 emplois. Cela passe par la formation initiale ou encore l’accompagnement dans les changements métiers"

 Egalement présent lors de cette présentation, Frédéric Przybylski, directeur de la gigafactory ACC.

"Ce ne sont pas des nouveaux métiers, ce sont des métiers en transition mais nécessitant un bon bagage"

Frédéric Przybylski directeur de la Gigafactory ACC

"Nous avons des besoins pointus, nous créons une société. Nous cherchons des conducteurs d’installation qui vont piloter une ligne complexe avec des technologies différentes, telles que la mécanique très fine, la chimie et bien entendu l’électronique. "

1200 personnes sont d’ores et déjà recherchées pour travailler sur ce site à l’horizon 2025.