Inscription de l'IVG dans la Constitution : qu'ont voté les sénateurs des Hauts-de-France ?

Le 28 févier, le Sénat a largement voté pour l'inscription de la liberté garantie d'avoir recours à une interruption volontaire de grossesse (IVG) dans la Constitution française. Sur les 28 sénateurs des Hauts-de-France, un a voté contre et un s'est abstenu, tous deux appartiennent au parti Les Républicains.

C'est une nouvelle étape dans l'avancée du projet de loi constitutionnelle relatif à la liberté de recourir à l'interruption volontaire de grossesse : après avoir été adopté à l'Assemblée nationale le 30 janvier, c'est le Sénat qui s'est prononcé pour à 267 voix contre 50, mercredi 28 février.

Si l'aile gauche du Sénat s'est unanimement prononcée pour, les résultats sont plus contrastés à droite. Dans les Haut-de-France, le vote contre le texte et l'abstention émanent de sénateurs Les Républicains.

Toutes obédiences politiques confondues, les sept sénateurs du Pas-de-Calais et les dix sénateurs du Nord ont voté pour le texte. Unanimité également pour les sénateurs de la Somme. Il y a un vote contre à comptabiliser dans l'Aisne et une abstention pour l'Oise.

La gauche et le centre votent pour le texte

"Victoire pour les femmes en France et espoir pour celles qui à travers le monde se battent pour ce droit" a réagi, sur X, la sénatrice communiste Cathy Apourceau-Poly. Le socialiste Jérôme Darras a quant à lui salué la "mobilisation des forces de Gauche" qui aurait permis cette adoption, "un moment historique" selon lui.

"Alors que des tentatives de remise en cause de ce droit fondamental émergent, favorisées par la montée de l'extrême droite et des manifestations anti-IVG, il était impératif de le consacrer dans notre Constitution" salue pour sa part le sénateur socialiste de la Somme Rémi Cardon, qui parle également de "combat historique, porté depuis des années par la gauche".

Des avis partagés parmi les sénateurs Les Républicains

Quatre sénateurs des Hauts-de-France appartenant au groupe Les Républicains ont voté pour le texte. Le sénateur de l'Oise Olivier Paccaud s'est abstenu de participer au suffrage. Pascale Gruny, sénatrice LR de l'Aisne, s'est prononcée en sa défaveur. Cette dernière est vice-présidente du Sénat.

Président du Sénat et président du groupe LR de cette assemblée, Gérard Larcher, avait appelé à voter contre le texte, expliquant sur France Info que "la Constitution n'est pas un catalogue de droits sociaux et sociétaux" et estimant que les garanties de l'exercice de ce droit étaient déjà assurées par la loi. À l'inverse, Xavier Bertrand, membre du parti Les Républicains, appelait, le 27 janvier, les sénateurs à voter pour le texte.

Les sénateurs RN votent pour

Les trois sénateurs du Rassemblement national ont voté pour le texte, deux d'entre eux représentent les Hauts-de-France : Joshua Hochart, élu du Nord et Christopher Szczurek, élu du Pas-de-Calais. Ce dernier a pris la parole devant l'assemblée, soulignant qu'aucune formation politique ne propose de remettre en question la liberté de recourir à l'IVG, mais qu'une menace persiste selon lui, "l'accentuation des revendications politico-religieuses".

Dernière étape dans le processus d'adoption du texte : le président de la République réunira le Parlement en Congrès le 4 mars, pour un ultime vote où le texte devra réunir les trois cinquièmes des suffrages avant d'être définitivement inscrit dans l'article 34 de la Constitution.