Lille : accusé de viols en série, il conteste et charge un ex-codétenu

Le violeur présumé est jugé par la cour d'assises du Nord à Douai. / © MAXPPP
Le violeur présumé est jugé par la cour d'assises du Nord à Douai. / © MAXPPP

Il est accusé d'avoir violé ou tenté de violer sept jeunes femmes à Lille en 2011 et 2012 : Erwan Gouget, déjà condamné pour viol, a plaidé non coupable jeudi au premier jour de son procès devant les assises du Nord, pointant du doigt un ex-codétenu.

Par AFP

Poursuivi pour trois viols et quatre tentatives, cet ancien pâtissier âgé de 30 ans est soupçonné d'avoir agi suivant le même mode opératoire : muni de gants, d'un couteau et d'un pied-de-biche, il aurait suivi les étudiantes rentrant de soirée, notamment à leur domicile.

Il avait été interpellé en juillet 2012 par la BAC à Lille après un refus d'obtempérer. Ressemblant aux descriptions faites par les victimes, il détenait dans sa voiture un couteau, un pied-de-biche et plusieurs paires de gants. Il était alors en liberté conditionnelle après une condamnation pour viol sur mineur en 2008 à huit ans de prison.


Il accuse un co-détenu

L'accusation soutient qu'Erwan Gouget, qui encourt la réclusion criminelle à perpétuité, est reconnu formellement par la plupart des victimes. Mais depuis le début de l'enquête, l'accusé nie l'intégralité des faits qui lui sont reprochés.

Face aux policiers, il argue qu'aucune trace génétique lui correspondant n'a été identifiée. "Je suis toujours sur la même position que depuis le début de l'instruction, je nie les faits", a-t-il simplement déclaré jeudi, chemise bleue et cheveux bruns en brosse.

Lors de l'enquête, résumée à l'audience par la présidente, il a aussi soutenu que son ancien codétenu, condamné à 18 ans de prison pour viol, pourrait être à l'auteur de certains faits. Son avocat, Me Frank Berton, a ainsi relevé que les viols commis par ce codétenu, qui témoignera mardi, ont eu lieu selon un mode opératoire similaire, au cours de la même période et que les deux hommes se ressemblent.

Le verdict est attendu le 21 juin.

Sur le même sujet

Dans la Somme, une petite maison d'édition jeunesse aux valeurs humanistes

Les + Lus