Lille : des cyclistes plus nombreux mais toujours exposés aux dangers

© Capture d'écran YouTube
© Capture d'écran YouTube

Après le succès de sa vidéo, le cycliste interpelé par la police a témoigné dans La Voix du Nord. Pour lui, la situation des cyclistes à Lille est toujours critique. Mais dans une étude, l'association Droit au vélo se veut optimiste : elle a compté 42% de cyclistes en plus depuis un an.

Par Alexis Magnaval

Vous l’avez sans doute aperçue cette semaine sur Internet. La vidéo publiée il y a une semaine compte ce samedi plus de 200 000 vues. On y voit, en caméra embarquée, un cycliste se faire tasser par une voiture aux couleurs de la mairie de Lille. Après une brève altercation entre l’auteur de la vidéo et l’agente municipale au volant, le premier reprend son chemin, rapidement rattrapé puis sermonné par des agents de la police municipale.
vidéo cycliste
Très vite, un bad buzz s’engage et la ville de Lille tente de désamorcer les tensions dans un tweet, rappelant à l’ordre…les cyclistes.
© Capture d'écran @lillefrance
© Capture d'écran @lillefrance
Le cycliste masqué a choisi de témoigner, vendredi dans La Voix du Nord. Présenté comme un trentenaire, lui aussi fonctionnaire, il prend son vélo tous les jours. Il confesse être surpris par la réaction de la municipalité. Une réponse qu’il juge « maladroite, contre-productive et très condescendante. La ville aurait pu se désolidariser de l’attitude de ces trois agents, mais elle s’est tiré une balle dans le pied », peut-on lire dans l’interview. « Il y a un vrai décalage entre les projets des collectivités, leurs agents et les usagers de la ville. »

Loin d’être une situation extraordinaire, ce genre d’accrochage se produit tous les jours en ville. Et là, le responsable évoqué n’est pas la mairie : « Les automobilistes sont tellement dans leur bulle qu’ils ne voient plus le danger que peut représenter une voiture. Quand vous pratiquez le vélo urbain, vous êtes constamment exposé au danger des comportements des conducteurs. Prenez un vélo pendant une semaine et dites-moi combien d’infractions vous avez commises par mégarde, combien parce que vous n’aviez pas le choix (parce que la réglementation est inadaptée ou que les voitures vous y contraignent), et comparez aux infractions commises par les motorisés, qui pourraient vous mettre en danger vous ou un usager plus vulnérable. » 

« Problème de mentalité »

Au-delà du fait de pouvoir prouver qui est responsable en cas d’accident, l’intéressé filme ses trajets pour éviter les conflits : « J’ai remarqué que la présence de la caméra avait tendance à faire redescendre la tension d’un ou deux crans. »

Après l’instauration du nouveau plan de circulation, à la rentrée 2016, le cycliste masqué retient les effets positifs des efforts de la MEL en matière d’aménagement. Mais il reste encore un « problème de mentalité et d’éducation », dans un pays où le code de la route est taillé pour les voitures, et où 2% des habitants vont au travail en vélo.

42% de vélos en plus depuis un an à Lille

Ne noircissons pas le tableau pour autant : l’association Droit au vélo, qui milite pour le partage de la voie publique, a publié récemment une étude sur l’usage du vélo à Lille. Relayée par 20minutes, elle évalue que le nombre de cyclistes a augmenté de 42% sur la dernière année. En comptant les passages sur 11 points-clés, elle relève un maximum de 228 passages par heure rue nationale. Le vélo reste beaucoup plus utilisé dans Lille intra-muros, ce qui contraste avec les résultats très mauvais observés dans les autres territoires de la métropole, notamment Roubaix et Tourcoing.

Il faut dire que la MEL a passé le grand plateau en matière de cyclabilité. Devant les résultats moyens évalués fin 2016, elle avait élaboré en décembre un « plan vélo ». Celui-ci comportait trois volets :
  • l'investissement de 30 millions d’euros sur trois ans dans les aménagements cyclables
  • la création de 6 abris vélos en plus
  • l’instauration du chèque d’aide à l’équipement : chaque habitant de la MEL recevra 150 euros sur présentation de la facture d’achat d’un vélo, dans la limite d’un par foyer.

Sur le même sujet

Kamini revit la Belle Epoque à Mers-les-Bains

Les + Lus