Une entreprise envahie par des gens du voyage à Seclin

Depuis ce lundi 18 décembre, le parking de l'entreprise seclinoise Aloès, spécialisée dans le traitement des eaux industrielles, est envahi par une vingtaine de caravanes appartenant à des gens du voyage. En attendant la mise en œuvre d'un arrêté d'expulsion, l'activité de la société est mise à mal. Une situation que la municipalité de Seclin connaît bien : la commune est touchée par une cinquantaine d'envahissements de ce type chaque année.

C'est à 7h20 ce lundi matin que le président de la société Aloès a découvert l'envahissement du parking de son entreprise : "selon des témoins, ils sont entrés vers 22h15 dimanche soir. Ils ont dû casser les cadenas de la porte métallique qui protège le parking", explique Hervé Lajsner, président d'Aloès. "Dès que j'ai constaté la situation, je leur ai demandé de bien vouloir quitter les lieux, mais pour l'instant ils refusent de bouger leurs caravanes."

Le chef de cette entreprise spécialisée dans le traitement des eaux industrielles a contacté la police municipale, la police nationale, un huissier et son avocat. Mais tous lui expliquent que la mise en œuvre de l'arrêté d'expulsion peut prendre entre 4 et 7 jours. "Or, il faut trouver une solution d’urgence, d'abord pour mettre en sécurité les gens qui se sont installés sur notre parking, et notamment leurs enfants. Notre entreprise est classée ICPE (Intsallation classée protection de l'environnement) car nous utilisons des produits chimiques dangereux. En cas d'incendie, les pompiers ne peuvent même pas intervenir sur le site à cause des caravanes."

L'activité de l'entreprise est aussi mise à mal par cet envahissement : "Nous avons un conteneur maritime qui doit partir ce mardi 19 décembre au matin à destination de la Côte d’Ivoire", détaille Hervé Lajsner. "S'il ne part pas, on ne pourra pas satisfaire notre client et on pourrait subir un décalage de paiement de 100 000 euros. C'est un préjudice financier important alors qu'on n'a rien demandé !"

Une cinquantaine d'envahissements par an

Selon le maire de la ville, les entreprises de la zone industrielle de Seclin subissent ce type de situation régulièrement, alors même qu'il existe une aire d'accueil dédiée aux gens du voyage dans la commune : "chaque année, on fait face à une cinquantaine d'envahissements illégaux par des gens du voyage", explique François-Xavier Cadart.

Les autorités préfèrent acheter une forme de paix sociale en laissant passer ce genre de délits, au détriment des maires qui sont les seuls élus réellement à portée de gifle.

François-Xavier Cadart, maire DVD de Seclin (Nord)

France Télévisions

À chaque fois, l'édile envoie sa police municipale pour constater les faits et faire publier un arrêté d'expulsion le plus rapidement possible par les autorités. Mais François-Xavier Cadart se dit démuni face à une histoire qui se répète sans cesse : "La justice doit mener de vraies enquêtes pour aboutir à des sanctions plus sévères, et donc plus dissuasives. Pour l'instant, les dispositifs judiciaires qui existent pour punir les auteurs de ces envahissements ne sont pas assez appliqués. Les autorités préfèrent acheter une forme de paix sociale en laissant passer ce genre de délits, au détriment des maires qui sont les seuls élus réellement à portée de gifle."

Le maire de Seclin appelle notamment à saisir les véhicules impliqués dans les envahissements illégaux de terrains privés ou publics.