Des gens du voyage occupent sans autorisation un terrain privé d'une entreprise de l'Oise : "on ne peut pas travailler correctement"

Plusieurs dizaines de gens du voyage ont franchi les grilles d'une entreprise à Rémy, dans l'Oise, de façon illégale. Ils se sont installés le 15 octobre 2023, et voudraient passer l'hiver sur place, selon le responsable du site.

Les belles histoires du dimanche
Découvrez des récits inspirants de solidarité et d'altruisme, et partez à la rencontre de la générosité. Émotions garanties chaque dimanche !
France Télévisions utilise votre adresse e-mail afin de vous envoyer la newsletter "Les belles histoires du dimanche". Vous pouvez vous désinscrire à tout moment via le lien en bas de cette newsletter. Notre politique de confidentialité

"Il y avait des blocs de béton qui empêchaient le passage, et ils les ont attachés directement à un véhicule. Puis ils ont tiré, ils les ont déplacés et ont forcé le portail." Hector Gaete, directeur commercial d'une entreprise à Rémy dans l'Oise, est excédé.

Depuis le 15 octobre 2023, plusieurs dizaines de gens du voyage ont franchi les grilles d'entrepôts de cette entreprise, avec une trentaine de caravanes pour y installer leur campement. "Ils sont rentrés dans une propriété privée et on ne peut pas travailler correctement", déplore le directeur.

Une procédure judiciaire compliquée

Les transpalettes circulent au milieu des caravanes. Hector Gaete craint pour la sécurité de ses salariés et pour celle des occupants. L'expulsion demandée par l'entreprise semble complexe à appliquer. La préfecture et le tribunal ne cessent de se renvoyer la balle.

L'entreprise a décidé de faire appel à un avocat pour éclaircir l'affaire et se procurer une injonction. "Mais la grosse problématique est la suivante : c'est qu’aujourd'hui les gens du voyage ont le droit de refuser cette expulsion et de faire un appel, donc ils peuvent rester encore plus longtemps", détaille Hector Gaete.

Troisième fois sur ce terrain

Les gens du voyage auraient confié au responsable du site leur volonté de passer l'hiver sur place. Dans cette communauté de communes, les aires d'accueil manquent.

"Mais nous avons un site. Ce terrain est occupé par des gens du voyage en toute illégalité. Il va donc falloir qu'on procède nous également à une expulsion pour pouvoir réaliser une aire d'accueil et ainsi que 14 terrains familiaux locatifs", explique Stéphane Lefevre, directeur de la communauté de communes de la Plaine d'Estrées. 

C'est la troisième fois depuis 2017 que des gens du voyage s'installent sur ce site. La dernière fois, des câbles ont été arrachés et il a fallu remettre le terrain en état. Une facture de plus de 5 000 euros.

Avec Gaelle Fauquembergue / FTV