VIDÉO. Haubourdin : plus de 180 postes sur 328 vont être supprimés à l'usine de Cargill

© FRANCE 3
© FRANCE 3

Le site, en déficit selon la direction, est sur le point de se "repositionner".

Par Q.V avec Virginie Cooke-Rodrigues

Ils se sont rassemblés devant leur usine, encore assommés par la nouvelle : l'entreprise d'agroalimentaire Cargill prévoit un plan de suppressions de plus de 180 postes – plus de la moitié des effectifs – sur son site d'Haubourdin, dans la métropole lilloise.

"On est tous dépités par tout ce qui nous arrive, toutes ces années qu'on fait en sorte pour maintenir l'emploi" regrette Philippe, salarié du site, "et malgré tout ça on en arrive là, quoi."
 
Haubourdin : plus de 180 postes sur 328 vont être supprimés à l'usine de Cargill
Philippe, Salarié de Cargill ; Thierry Regnier, Responsable du projet de repositionnement du site d'Haubourdin, Frédérique Lobbestael, Ex-salariée de Cargill ; Daniel Petit, Secrétaire CSE CGT - France 3 Nord-Pas-de-Calais - Reportage de Virginie Cooke-Rodrigues et Antoine Morvan. Montage de Bertrand Deleporte.

Le spécialiste américain de transformation de l'amidon justifie ce plan par la situation de déficit de l'usine, depuis 5 ans, et la nécessité de transformation de sa production, notamment à destination de l'industrie pharmaceutique ou des nourrissons. 

 

"Stratégique"


"Le site d'Haubourdin, pour nous, est vraiment stratégique" justifie Thierry Regnier, responsable du projet de repositionnement. "Nous avons des clients avec qui nous sommes en contact, qui sont vraiment engagés pour faire de ce site un véritable outil du futur et arriver à pérenniser l'emploi ici".

Un changement de cap qui ne convainc par les syndicats. "Il faut changer beaucoup d'installations, les mettre en conformité par rapport aux nouvelles matières premières" tempête Daniel Petit, secrétaire CSE-CGT. "Ça demande des millions d'euros d'investissement, qui aujourd'hui ne sont pas là !"

Le site avait été touché, en 2017, par un précédent plan social. Plusieurs des salariés qui avaient alors perdu leur emploi sont venus soutenir leurs anciens camarades, pour "leur montrer qu'ils ne sont pas seuls"
 

Sur le même sujet

Les + Lus