ARCHIVE. Magie du petit écran : il fait froid ? Peu importe, en 1962 c’est la télévision qui fait le beau temps.

Publié le
Écrit par Nathalie Turpin .
Quand la télévision se joue de la météo sur Télé-Lille en 1962 ©INA

La météo laisse vraiment à désirer en ce début d’été 1962. Une fraîcheur estivale qui inspire les équipes de Télé-Lille, bien déterminées à ramener l’anticyclone des Açores à de meilleures dispositions !

Il fallait au moins ça : début juillet les températures atteignent à peine 15° sur le Nord-Pas-de-Calais. L’été 1962 est très sec, mais aussi très frais : le thermomètre reste en-dessous de la normale durant tout le mois de juillet, dégringolant même sous les 10° en fin de mois !

Cette météo humoristique en mode polar est tournée dans les studios de la RTF à Lille.  

L’occasion de retrouver Jacqueline Caurat, l’une des speakerines emblématiques de l’ORTF !

L’occasion aussi d’un petit flash-back sur une météo un tantinet désuète : quelques icônes préfabriquées posées sur une carte filmée en plan fixe, qui viennent expliciter le commentaire du prévisionniste de la Météorologie nationale lu par Jacqueline Caurat…Les images satellites sont encore un peu loin ! 

Cette séquence météo fait partie d’une émission réalisée par Télé-Lille, mais destinée au programme national dans le cadre de la série « Dimanche en France ».

Créée en 1958, elle est diffusée chaque dimanche de 12H30 à 13H00. Découvertes touristiques, patrimoniales, culturelles… L'idée de Jean d'Arcy, directeur de la RTF à l'époque et initiateur de cette série, est de proposer aux téléspectateurs une fenêtre ouverte sur les régions françaises. Outre Télé-Lille, les antennes régionales de Marseille, Lyon et Strasbourg réalisent, elles aussi, une émission par mois pour cette série qui mêle fiction, reportage et interview.

Tous les jours, recevez l’actualité de votre région par newsletter.
France Télévisions utilise votre adresse e-mail pour vous envoyer la newsletter de votre région. Vous pouvez vous désabonner à tout moment via le lien en bas de ces newsletters. Notre politique de confidentialité