Ascoval : le parquet requiert de la prison ferme pour le trésorier qui avait détourné 600 000 euros

Publié le
Écrit par Yacha Hajzler .

Bruno Kopczynski, ex-trésorier du comité d'entreprise d'Ascoval est accusé d'avoir détourné plus de 600 000 euros, notamment pour les injecter dans une entreprise familiale. Le parquet de Lille a requis une peine de prison ferme et une interdiction d'exercer.

Il était jugé à Lille pour "abus de confiance" et "faux et usage de faux". Le parquet a requis ce jeudi 3 novembre une peine de trois ans, dont 18 mois avec sursis contre Bruno Kopczynski, ex-trésorier du comité d'entreprise (CE) d'Ascoval. Il aurait détourné 600 000 euros entre 2017 et 2020. Le ministère public a aussi requis l'interdiction définitive de gérer une entreprise et l'obligation d'indemniser les victimes.

Contre son fils et son épouse, jugés pour recel, le parquet a requis respectivement deux ans de prison dont un ferme et un an avec sursis. Les sommes détournées ont principalement bénéficié à une société de spectacle gérée par la famille et notamment par le fils Kopcynski, nommée Eso Prod. 50% du chiffre d'affaire d'Eso Prod venait directement des caisses d'Ascoval. Des sommes versées sans justificatifs et qui ont ensuite justifié la production de fausses factures. 

"A cette époque, la société Ascoval est au plus mal. Elle vient de déposer le bilan", a rappelé Me Stéphane Ducrocq, avocat de la CFDT, partie civile. "M. Kopcynski devient alors "le leader autoproclamé de la lutte sociale". Le budget du CSE, "c'est ce qui permet aux salariés d'améliorer leur quotidien ou d'assurer leur défense" en cas de liquidation. "C'est à cause de ce type de brebis galeuse que les salariés perdent confiance" a regretté Me Ducrocq. 

Au procès, l'accusé a reconnu les malversations, les justifiant par son désir de sauver la société familiale. Il a en revanche assuré avoir aussi fait tout son possible pour sauver Ascoval. Le délibéré aura lieu le 2 décembre. 

Tous les jours, recevez l’actualité de votre région par newsletter.
France Télévisions utilise votre adresse e-mail pour vous envoyer la newsletter de votre région. Vous pouvez vous désabonner à tout moment via le lien en bas de ces newsletters. Notre politique de confidentialité