Dakar 2022 : quelles performances pour les pilotes des Hauts-de-France ?

Publié le
Écrit par Yves Asernal
Adrien Van Beveren : plusieurs fois leader lors de cette 44e édition, le pilote nordiste rate un point de passage lors de l’avant-dernière épreuve.
Adrien Van Beveren : plusieurs fois leader lors de cette 44e édition, le pilote nordiste rate un point de passage lors de l’avant-dernière épreuve. © YOAN VALAT / EPA

En voiture, moto, quad ou même camion, les pilotes originaires des Hauts-de-France étaient présents en force au départ de la course pour ce Dakar édition 2022. Revue en détail de leurs performances à travers les dunes en Arabie Saoudite.

Moto

  • Adrien Van Beveren : plusieurs fois leader lors de cette 44e édition, le pilote nordiste rate un point de passage lors de l’avant-dernière épreuve. Une erreur qui lui fait rater la victoire finale et le podium. Le triple vainqueur de l’Enduropale termine à la 4ème place à 19 minutes du vainqueur. 

  • Jean-Loup Lepan : originaire d’Embreville dans la Somme, le pilote de 23 ans s’élançait pour la première fois sur le célèbre rallye-raid. 20 ans après les débuts de son père dans la même épreuve, le jeune samarien termine à la 29ème place du classement.

  • Stéphane Darques : sur sa Yamaha, ce chef de chantier originaire d’Ecques, participait à son deuxième Dakar. Après une première semaine marquée par quelques galères, lundi, lors de la spéciale, longue de 395 kilomètres, le pilote a été victime d’une casse moteur. Repêché, l’Audomarois a pu finir sa course, mais en écopant d’une pénalité. Résultat : 123 ème, une déception pour Stéphane Darques qui avait décroché la 40ème place l’année dernière. 

Voiture

  • Johnny Aubert : Gravement accidenté en moto lors du Dakar 2020, le Maubeugeois a choisi pour sa quatrième participation au Dakar, le rôle de copilote. Une nouvelle carrière pour ce double champion du monde d’enduro qui a pratiqué, pendant de longues années, à haut niveau le motocross, le supercross et le rallye-raid.
    Avec l’objectif de conduire ensuite sa propre voiture. Il a décroché la huitième place.

  • Nicolas Delangue : ce Nordiste originaire de Wasquehal a accepté d’accompagner un de ses plus vieux amis qui voulait fêter ses 50 ans sur le célèbre rallye-raid. Le Dakar permet en effet aux amateurs de côtoyer des pilotes professionnels. Pour sa première participation, Nicolas s’offre la 44ème place.

SSV

T3 prototype

  • Axel Alletru : Vainqueur du Dakar 2020 dans la catégorie standard, le pilote handisport a dû abandonner, au bout de deux jours de course, à cause d’une mécanique défaillante. Le Séclinois a déjà un nouveau défi : remporter la course en 2024 avec une voiture à hydrogène.

  • Patrick et Romain Becquart : deuxième participation au Dakar pour ce duo père-fils, originaire de Lille et qui se classe 24ème de l’épreuve, 9 rangs de mieux qu’en 2021.

  • Gaspard et Jean-François Destailleur : encore une équipe composée d’un père et son fils, originaires de Dottignies. Pour leur première participation, c’est le fils qui est au volant, les deux Nordistes décrochent la 17e place.

T4 de série 

  • Éric Croquelois et Hugues Lapouille : après sa période moto sur le Dakar, à 58 ans, le Hardelatois Éric Croquelois, accompagné de son compère Hugues Lapouille, a choisi, pour cette édition, de conduire un buggy avec un petit moteur trois cylindres. Les deux amis sont arrivés en 18ème position.

Classic

  • Hervé Cotel et Philippe Patenotte : les doyens de cette édition, respectivement 75 et 69 ans, habitant Senlis, se classent en 118ème position. Et ce à bord d’un véhicule exceptionnel. Un buggy qui a disputé les Paris-Dakar 1980 et 1981, décrochant même la deuxième place du général auto pour sa deuxième participation. Un buggy conçu par Hervé Cotel lui-même. Philippe Patenote a, quant à lui, couru dans toutes les compétitions de sports mécaniques.

En partenariat avec France 3 France Bleu et Make.org

Participez à la consultation citoyenne sur la présidentielle 2022

Faites-vous entendre ! France 3 Régions s'associe à la consultation Ma France 2022, initiée par France Bleu sur la plateforme Make.org. Le but ? Vous permettre de peser dans le débat démocratique en mettant vos idées les plus plébiscitées au centre de la campagne présidentielle.