"Django Reinhardt, c'était la pièce manquante de mon puzzle..." La folle histoire de famille de la pianiste Charlotte Reinhardt

durée de la vidéo : 00h13mn00s
La pianiste, compositrice et productrice Charlotte Reinhardt, petite-nièce du célèbre guitariste de jazz Django Reinhardt, présente son album "Colors" le 26 mai 2023 sur le plateau de "Vous êtes formidables". ©FTV

La pianiste Charlotte Reinhardt, dont la version Deluxe de l'album "Colors" est sortie mi-avril 2023, a découvert récemment sa filiation avec Django Reinhardt. La petite-nièce du célèbre guitariste de jazz revient sur cette folle histoire de famille.

Longtemps, elle a accompagné au piano de nombreux artistes comme Andrea Bocelli, Laurent Voulzy ou Roberto Alagna. Charlotte Reinhardt, qui a découvert il y a une dizaine d'années qu'elle était la petite-nièce du guitariste de jazz manouche Django Reinhardt, se libère dans le disque de compositions Colors, dont une version Deluxe est sortie en avril 2023.

L'album reprend ses compositions, de la plus récente à la plus ancienne, alors qu'elle avait à peine douze ans. "Je ne me souvenais même plus avoir écrit cette partition, s'amuse la musicienne. J'avais cet air en tête, il m'habitait, jusqu'à ce que je réalise que c'était ma première compo. Je l'ai appelée Remembering."

"Avec le confinement, explique la pianiste, j'ai ressenti une immense liberté de création. J'ai l'impression qu'avec cet album, je suis moi-même, de façon très intime. J'ai conçu ces morceaux comme des pièces courtes, mystérieuses, lyriques et contemplatives. En fait, je tombe le masque."

Petite, Charlotte Reinhardt s'endormait au son du piano de sa mère, professeure de renom, et c'est ce qui lui a donné envie de jouer de cet instrument. "Ma mère était moitié gitane, pianiste classique, mon père était anglais. J'ai étudié au conservatoire national supérieur de Paris."

"Et puis à 14 ans, ma mère a rencontré mon beau-père, guitariste de jazz, et cela a enrichi mon univers. Je crois que j'ai vraiment cette double influence musicale."

Autre influence, celle du monde tzigane. "Il y a une dizaine d'années, confie l'artiste, j'ai découvert par hasard que ma grand-mère maternelle était la cousine germaine de Django Reinhardt, ce qui fait de moi sa petite-nièce." Comment peut-on ignorer une telle filiation ? Charlotte Reinhardt répond à toutes nos questions dans une interview très personnelle.

Charlotte, toute cette histoire est en fait partie de vos grands-parents ?

Ma grand-mère maternelle, Maria, était une gitane trapéziste. Un jour, lors d'une tournée qui passait par Cognac, elle a rencontré mon grand-père et très vite, ils ont eu ma mère. Il faut bien comprendre qu'ils étaient très jeunes... Leur couple n'a pas duré, mon grand-père est tombé amoureux d’une autre. Conséquence, ma grand-mère Maria est partie vivre à Forbach, en Alsace, avec ma mère bébé.

Elle a gardé le contact avec la famille de votre grand-père ?

Au départ, non. Et puis un jour, alors qu'elle était tout petite, ma mère est tombée très malade. La famille de mon grand-père a été prévenue, ils sont venus chercher le bébé et ils sont repartis avec à Cognac pour s'en occuper.

Donc ma mère a été élevée par ses grands-parents paternels, sa mère étant restée seule à Forbach et son père s'étant remarié.

Il y a un grand mystère sur ce qui s'est vraiment passé. On a toujours dit à ma mère que Maria, sa maman, était morte. C'est pourquoi par la suite, elle n'a jamais posé de questions.

Comment a-t-elle compris ?

Un jour, vingt ans plus tard, alors que je venais de naître, on a sonné à la porte de chez moi et ma mère a dit avant même d'ouvrir : "C'est ma sœur." C'était absurde, comment aurait-elle eu une sœur ? Mais c'était vrai. C'était l'une des autres filles de Maria. Malheureusement, les retrouvailles ne se sont pas bien passées et le lien a à nouveau été rompu.

Jusqu'à... ?

Jusqu'à il y a une dizaine d'années. À trente ans, j'avais toujours grandi avec le mystère de ma grand-mère Reinhardt, c'était un peu la pièce manquante. Un jour, un ami réalisateur m'a contactée parce qu'il avait filmé le Djangofestivalen à Oslo avec des musiciens gitans et qu'il voulait me montrer sa vidéo.

Pourquoi ?

J'ai toujours su que j'avais des origines tziganes, donc mon ami pensait que son film pouvait m'intéresser.

Sauf que moi, je n'étais pas du tout là-dedans, je vivais avec cette interrogation familiale, mais cela restait un mystère dont personne ne parlait. Et puis un soir, je m'en souviens très bien, je sortais d'une télé avec Laurent Voulzy, et mon ami m'a invitée à un anniversaire où devaient se trouver des musiciens du festival d'Oslo.

Je n'avais pas du tout envie d'y aller, j'étais fatiguée et je ne sais pas pourquoi, j'ai accepté. En arrivant à la fête, j'ai eu un choc. Il y avait là plein de gitans qui sans hésiter m'ont accueillie à bras ouverts en me disant : "Toi, c'est sûr, tu es de notre famille." Il y avait une sorte d'évidence. J'ai tout de suite su qu'il fallait que je retrouve ma grand-mère.

Et vous l'avez retrouvée ?

Oui, ça m'a pris un mois. C'est finalement en appelant la mairie de son village que j'ai eu un contact. J'ai pris le train avec ma mère, et on est parties dans l'Est. L'ambiance était bizarre. Le soir venu, de nombreux musiciens ont débarqué, dont Tchavolo Schmitt, qui était la star du festival à Oslo, celui que mon ami avait filmé.

Il est considéré comme un des plus grands musiciens manouches en activité, c'est un peu la relève de Django dans ce milieu. Et c'était mon cousin. C'est ce soir-là que tout s'est dénoué.

Vous ne vous étiez jamais doutée, en vous appelant Reinhardt, que vous pouviez être de sa famille ?

Pas du tout ! Reinhardt est un nom très commun en Alsace. D'ailleurs, il y a des tas de Reinhardt qui ne font pas partie de ma famille, des journalistes, un réalisateur de documentaires ou encore le romancier Eric Reinhardt. Sincèrement, je n'avais jamais imaginé être reliée à Django.

Ça a changé des choses pour vous ?

Depuis les retrouvailles, Maria est décédée et plein de questions sont malheureusement restées en suspens. Que s'est-il vraiment passé quand ma mère était bébé ? On ne le saura jamais. Le lien avec la grand-mère était un tel mythe... Elle s’est remariée, elle a eu d’autres enfants, des petits-enfants et de toute la famille, je suis celle qui lui ressemble le plus. C’est comme retrouver une pièce manquante d’un puzzle. En fait, c'est même énorme, mais je crois que je ne le réalise pas vraiment.

Depuis 1934, Django Reinhardt est considéré comme l'inventeur du jazz manouche. Est-ce que vous avez cette influence en vous ?

Ça a nourri l'imaginaire en moi. De toute façon, je pense que quand on entend de la musique tzigane, ça touche tout le monde, on est pris par quelque chose de très vivant. De mon côté, ça a été physique. Après avoir retrouvé ce lien familial, j'ai compris une forme de liberté, de sauvagerie que j'avais en moi. J'ai compris qu'elle venait de là.

____________________

Pour mieux cerner l'univers de la pianiste Charlotte Reinhardt, découvrez-la en live. Elle interprète Déferlante, l'une de ses compositions issue de l'album Colors, dont la version Deluxe est disponible sur toutes les plateformes de streaming et en physique, uniquement en vinyle.

durée de la vidéo : 00h02mn48s
La pianiste, compositrice et productrice Charlotte Reinhardt, petite-nièce du célèbre guitariste de jazz Django Reinhardt, interprète "Déferlante" le 26 mai 2023 sur le plateau des "Hauts-en-Scènes". ©FTV