• MÉTÉO
  • VOS RENDEZ-VOUS
  • SPORT
  • DÉCOUVERTE
  • FAITS DIVERS
  • POLITIQUE

Gilets jaunes : à Lille, avocats, universitaires et militants créent un observatoire des pratiques policières

© Frédérik Giltay / France 3
© Frédérik Giltay / France 3

L'initiative ne plaît pas vraiment aux forces de l'ordre.

Par Q.V avec Laura Lévy

Des membres de la société civile ont lancé à Lille ce mardi 17 juin un observatoire des pratiques policières, comme il en existe déjà à Paris ou Toulouse. Car depuis le début des manifestations liées au mouvement des Gilets jaunes, les forces de l'ordre ont été plusieurs fois accusées de violences.
 

"On a vu, avant, beaucoup de familles qui allaient manifester avec des enfants" souligne Me Florian Borg, du syndicat des avocats de France pour qui "aujourd'hui, c'est plus possible parce qu'il y a des violences dans les manifestations, des violences qui ne viennent pas que des manifestants."
 

Un communiqué, publié au moment du lancement de l'observatoire, témoigne d'"interpellations massives et arbitraires, des garde à vue abusives, des blessures graves, des mutilations, des confiscation de matériel de protection, des bris de matériel de prise d'images".
 

 

"On peut manifester tout en restant dans le pacifique"


Côté police, l'initiative passe mal. "On est un petit peu surpris, surtout que hier, nous étions adulés, aujourd'hui nous sommes stigmatisés" tempête Arnaud Boutelier, représentant du syndicat Alliance dans le Nord.

"Quand vous recevez de l'acide, quand vous recevez des boules de pétanque, nos collègues sont obligés d'essuyer ce type de projectiles. On peut manifester tout en restant dans le pacifique. On n'est pas obligés de faire monter la violence crescendo."
 
Lille : les policiers surveillés en manifestation par des citoyens ?
Maître Florian Borg, Syndicat des Avocats de France - Observatoire des pratiques policières - France 3 Nord-Pas-de-Calais - Reportage de Laura Lévy et Sergion Rosenstrauch. Infographies de Robin Mompach. Mointage de Bruno Weill.

Les universitaires, avocats, associatifs ou syndicalistes à l'origine de l'observatoire, eux, assurent qu'il ne s'agit que de surveiller les comportements des forces de l'ordre, notamment pendant les missions ed maintien de l'ordre, mais pas seulement. 

"C'est un observatoire citoyen qui va vérifier que la police se comporte normalement dans le cadre de la loi" plaide MFlorian Borg. "Le deuxième objectif, ça va être de documenter ce que l'on constate."

 

La préfecture réagit


Le préfet du Nord Michel Lalande a réagi ce mardi après-midi dans un communiqué, dans lequel il rappelle "qu'une seule plainte pour violence policitère a été recensée sur le département depuis le 17 novembre, date de début du mouvement". Une plainte qu'il oppose aux "655 interpellations [qui] ont été réalisées par les services de police pour des faits de violences, de dégradations, de participation à un attroupement".
 

"Cet 'observatoire' a pour seule ambition d'éluder les pratiques des organisateurs de manifestations qui admettent en leur sein des individus violents voire le revendiquent" assène également la préfecture.
 

Sur le même sujet

Enquêtes de région : “Notre cher patrimoine”

Les + Lus