Guerre en Ukraine - La diaspora sous le choc en Hauts-de-France : "On est vraiment très inquiets"

Publié le Mis à jour le

La Russie a lancé une opération militaire en Ukraine ce jeudi 24 février 2022. Les Hauts-de-France compte de nombreux expatriés ukrainiens, trois villes sont jumelées avec des localités ukrainiennes, les initiatives pour soutenir le pays slave se multiplient.

La menace est désormais une réalité. Dans la matinée de ce jeudi 24 février 2022, Vladimir Poutine annonce le lancement d'une opération militaire d'envergure en Ukraine.

Les ukrainiens de Senlis sous le choc

La ville de Senlis est jumelée à la municipalité de Kiev-Petchersk. La ville picarde a même en son sein une église ukrainienne, la paroisse des saints martyrs Borys et Hlib.

Ce matin, quelques fidèles se sont rassemblés pour soutenir leurs proches, malgré les milliers de kilomètres qui les séparent : " C'est la pire situation pour nous", déplore Lilia Boiko. " On a prié, on a appelé nos familles pour les soutenir. On est vraiment très inquiets."

"On est vraiment très inquiets"

Le curé de l'église  des saints martyrs Borys et Hlib, a également de la famille en Ukraine : " Pour l'instant, ils restent à l'abri dans leurs maisons. Ils essaient de rester en paix et se préparent au pire, qui reste sans doute à venir" , s'inquiète le père Yuriy Iechinskyy.

La commune de l'Oise a des liens historiques très forts avec l'Ukraine. La princesse Anne de Kiev a fondé l'abbaye Saint-Vincent à Senlis au XIe siècle : " Nous sommes jumelés avec Kiev depuis 2005 et le président de la République ukrainienne nous avait rendu visite en 2017. Forcément, c'est avec beaucoup d'émotions que j'ai pris connaissance des attaques russes dans ce pays qui nous est si proche", déclare Pascale Loiseleur, maire (SE) de Senlis.

3 jumelages entre les Hauts-de-France et l'Ukraine

Outre Senlis, la ville de Sallaumines est jumelée avec la ville de Thorezgrad et Lille est jumelée à la ville de Kharkiv. Le consul honoraire d'Ukraine en France a annoncé lors d'une visite à Lille qu'il estimait à 2000 le nombre d'expatriés nordistes en Ukraine.

Dans l'après-midi, Martine Aubry s'est rendu au pont Kharkov, dont le nom, à consonance russe, a été modifié pour devenir le pont Kharkiv dans la journée, en soutien à l'Ukraine.

À Lille toujours, Alexis Massart, directeur d'ESPOL, l'école de sciences politiques de l'université catholique de Lille, a annoncé sur Twitter que l'école suspendrait tout échange avec la Russie en insistant sur la volonté d'accueillir des étudiants ukrainiens.

Des initiatives qui se multiplient dans la région

Dans la région, les initiatives pour montrer son soutien à l'Ukraine se multiplient. La ville d'Arras notamment dans le Pas-de-Calais a accroché un drapeau ukrainien aux côtés des drapeaux européens, français et de la ville. La mairie d'Amiens le fera également dans la soirée du 24 février.