Hem : la publicité pour son entreprise de chauffage jugée sexiste, il tente de recoller les morceaux

Une réclame pour du chauffage montrant une femme nue a relancé la polémique sur le sexisme dans la publicité, à Hem. Mais le chef d'entreprise s'en défend et lance une nouvelle campagne pour répondre aux accusations. 

Les belles histoires du dimanche
Découvrez des récits inspirants de solidarité et d'altruisme, et partez à la rencontre de la générosité. Émotions garanties chaque dimanche !
France Télévisions utilise votre adresse e-mail afin de vous envoyer la newsletter "Les belles histoires du dimanche". Vous pouvez vous désinscrire à tout moment via le lien en bas de cette newsletter. Notre politique de confidentialité

Une femme nue, pour faire la publicité de son entreprise de chauffage : c'est l'idée qu'a eu il y a 2 ans Charles de Basly, aidé d'une agence de pub. "Avec cette pub on a montré qu'on était bien chez soi, qu'il faisait froid, mais qu'on peut vivre nu et déshabillé chez soi, à l'aise, confortablement parce qu'on est bien chauffés", explique Charles de Basly, gérant de la société Chauffage du Nord. 

>> Un reportage d'Hélène Tonneillier, Antoine Morvan et Rémi Pohier. 


Mais depuis le hashtag #balancetonporc sur les réseaux sociaux et le palmarès des Inrocks, il a reçu des messages d'insultes et décidé de renouveler sa campagne en y ajoutant un homme. "Je ne suis pas antiféministe, je suis quelqu'un de tout à fait normal, qui communique et qui a besoin de communiquer. Je chercher à provoquer et pas à choquer", poursuit le gérant.


Plus d'éthique dans la pub


Une volonté de faire parler diversement appréciée dans les rues de la métropole lilloise. "Mettre une fille toute nue pour présenter ce genre de trucs, d'autant que le message est un peu à côté de la plaque je pense", s'interroge un passant. "On en voit tellement que c'est normal", ajoute une autre passante. Mais mettre un homme à la place d'une femme nue, là, c'est différent. "Là peut-être que ça me choquerait quand même !"

Une pub sexiste comme beaucoup d'autres pour ces féministes qui en appellent à plus d'éthique de la part des publicitaires. "Là on est vraiment dans la femme-objet et c'est ça qu'on dénonce : cette image des femmes avec le corps parfait, et toutes les conséquences que ça a pour les jeunes femmes ou les moins jeunes d'ailleurs et pour les garçons aussi", explique Lucie Vidal, directrice du planning familial. 

Moins de stéréotypes et plus d'imagination, c'est ce que ces femmes souhaiteraient dans les campagnes publicitaires...