INTERVIEW. Martine Aubry, réélue maire de Lille, espère "travailler dans le respect" avec les Verts

Martine Aubry, réélue de justesse maire de Lille pour un quatrième mandat avec 227 voix d'avance sur le candidat écologiste Stéphane Baly, était l’invitée exceptionnelle de France 3 Nord Pas-de-Calais. On vous résume son intervention.

Martine Aubry sur le plateau du 19/20 de France 3 Nord Pas-de-Calais ce lundi 29 juin 2020.
Martine Aubry sur le plateau du 19/20 de France 3 Nord Pas-de-Calais ce lundi 29 juin 2020. © France 3 Nord Pas-de-Calais
À 227 voix près. Au terme d’une folle soirée électorale, Martine Aubry a été réélue maire de Lille avec 40% des voix pour un quatrième mandat, talonnée par son ancien adjoint Stéphane Baly (39,41%), qui menait la liste Europe-Écologie Les Verts. L’abstention s’est élevée à 68,27%, soit quasiment 10 points de plus que la moyenne nationale. Au lendemain du second tous des élections municipales, Martine Aubry était l’invitée exceptionnelle de France 3 Nord Pas-de-Calais. Elle est revenue sur la soirée électorale et a précisé sa vision de la cohabitation avec les Verts, nouvelle force d’opposition à Lille.

Étiez vous inquiète hier soir ?

Martine Aubry : "J’ai dit depuis le 1er tour que j’étais extrêmement inquiète par l’abstention. 30% des lillois seulement ont voté. Il y a la crise démocratique bien sur et ceux qui ont été débordés par cette crise sanitaire, il y a aussi eu la peur du virus dans les quartiers. J’avais des points d’interrogation. Je savais que ça serait difficile." 

Comment imaginez vous la cohabitation avec les Verts ?

Martine Aubry : "Ce que je souhaite, c’est d’avoir des propositions constructives, ce qui a beaucoup manqué ces dernières années. Je pense qu’avec la crise économique et sociale qui arrive, il faut travailler et avancer. Je suis pour travailler avec tout le monde. J’espère qu’on aura des propositions constructives, je les entendraient bien évidemment. On a déjà tellement de projets sur la transition écologique (…). Par exemple la ceinture verte au tour de Lille, les places vertes, les rues vertes, la mobilité où nous avons fait 15 kilomètres supplémentaires de (voies) vélo qui sont le début des réseaux express vélo que nous voulons et puis bien sur l’agriculture urbaine qu’il va falloir développer. Je pense aussi à la limitation des inégalités : l’accès aux soins, la santé et l’emploi. Il y a énormément de pain sur la planche. J’espère que nous saurons travailler dans le respect et la transparence et surtout pour les lilloises et les lillois."

Quel avenir pour la friche saint sauveur ?

Martine Aubry : "Les lillois ne m’en ont jamais parlé. C’est une crispation avec EELV. C’est aujourd'hui 1800 à 2000 logements donc la moitié sont des logements sociaux Ben plein coeur de ville. La convention pour le climat propose comme un des éléments centraux la déminéralisation et le remplacement de friches par des quartier. C’est exactement ce qu’on va faire là. Il va y avoir un parc de 8,5 hectares, 70% de non-construit, un quartier bas-carbone. Quand on arrivera à un peu de raison, je pense que chacun se dira : il vaut mieux construire ici avec un immense parc plutôt que d’aller s’étaler alors qu’on est dans la métropole la plus agricole et la plus naturelle de France."
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
martine aubry politique