Lille : après le théâtre du Nord, les intermittents du spectacle occupent désormais le théâtre Sébastopol

Après avoir occupé le théâtre du Nord, les intermittents du spectacle ont investi le théâtre Sébastopol avec l'aval du directeur du théâtre et de la mairie de Lille. Une quinzaine d'entre eux vont dormir sur place dès ce soir.

Une cinquantaine d'intermittents du spectacle occupent le théâtre Sébastopol de Lille.
Une cinquantaine d'intermittents du spectacle occupent le théâtre Sébastopol de Lille. © Compte twitter Inter luttant

Ils s’étaient installés au Théâtre du Nord jeudi 11 mars dernier, et n’avaient pas levé le camp. Depuis ce lundi 15 mars, ils occupent également le prestigieux théâtre Sébastopol. "C’est peut-être le plus beau théâtre de Lille, sourit Stéphane Vonthron, mobilisé depuis le premier jour. Les élèves de l’école du Nord continuent de tenir le théâtre du Nord pour 15 jours au moins. Et tous les jours, ça grossit".

Comme dans une trentaine de théâtres un peu partout en France, les intermittents du spectacle de la métropole lilloise ont décidé d’occuper le lieu culturel fermé depuis plusieurs mois. L'objectif : interpeller la ministre de la Culture et plus globalement le gouvernement.

"On pourrait aller dans une église avec une chaise entre chaque personne tous masqués en regardant la vie d’un homme qui s’appelle Jésus mais on ne peut pas aller dans un théâtre, avec une chaise entre chaque personne, tous masqués, pour regarder Tartuffe".

Stéphane Vonthron, comédien membre de la SFA CGT

Au travers de cette action, ils réclament notamment "des perspectives claires de réouverture des lieux culturels", "un engagement sans tarder sur la prolongation de l'année blanche (...) pour tous les intermittents du spectacle et son élargissement à toutes les travailleuses et travailleurs précaires" et "l'arrêt du projet de réforme de l’assurance chômage".

Sous les dorures du Sébastopol

Sauf que le théâtre du Nord abrite également la prestigieuse école du Nord. Et ce lundi 15 mars marque le début de deux semaines d’auditions. Près de 750 candidats sont attendus.

Pour leur permettre d’être auditionnés dans les meilleures conditions, les occupants mobilisés s’étaient rassemblés ce dimanche sur la Grand Place pour réfléchir à la stratégie à adopter ces prochains jours. Objectif : poursuivre la mobilisation tout en permettant la tenue des auditions.

Certains ont proposé le théâtre Sébastopol, d’autres l’Opéra… Finalement, après avoir tenté d’investir les locaux de la Direction régionale des Affaires Culturelles (DRAC) avant d’être repoussés par la police, les intermittents mobilisés ont été reçus par l’adjointe à la culture de la ville de Lille Marie-Pierre Bresson qui leur a symboliquement remis les clés du Sébastopol, en accord avec la direction du théâtre.

Occupation indéterminée jour et nuit

"Ce soir, une quinzaine de personnes vont dormir sur place", explique le comédien Stéphane Vonthron, membre de la SFA CGT et présent depuis le début de la mobilisation. Lorsqu’on lui demande quand l'occupation pourrait s'arrêter, il renvoie la balle au gouvernement. "Tout dépendra de la ministre, rétorque-t-il. Nous avons des revendications claires, nous attendons des réponses claires".

Les assemblées générales vont se poursuivre chaque jour à midi sur la Grand Place, devant le théâtre du Nord, pour définir les actions à mener. Un lieu de passage visible pour afficher leur détermination aux yeux de tous. "Ces théâtres occupés sont désormais lieux de convergence", résume le comédien.

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
culture manifestation économie social