Lille : le ministre de la Culture obtient un délai de grâce pour la chapelle Saint-Joseph, promise à la démolition

Le ministre de la Culture Franck Riester a obtenu un sursis pour la chapelle Saint-Joseph à Lille, un bâtiment qui devait être bientôt démoli, et ce délai de grâce doit permettre de rechercher une alternative à sa destruction, a indiqué vendredi un communiqué de son ministère.
La chapelle Saint-Joseph a été construite à la fin du 19e siècle sur le site universitaire de la Catho.
La chapelle Saint-Joseph a été construite à la fin du 19e siècle sur le site universitaire de la Catho. © FRANCE 3

"La perspective d'une prochaine démolition de la chapelle, dans le cadre du projet de nouveau  campus conduit par Yncrea, membre de la fédération universitaire pluridisciplinaire de Lille (la FUPL, dite "la catho"), suscite depuis plusieurs semaines une très vive émotion et de nombreux débats", a constaté le ministre.

Patrimoine - Lille : la chapelle Saint-Joseph en danger

M. Riester a "acquis la conviction que ce dossier méritait une instruction complémentaire. Il s'est entretenu avec les présidents de la FUPL et d'Yncrea et a obtenu de leur part qu'ils renoncent à la destruction immédiate du bâtiment, afin de prendre le temps de l'examen d'une solution alternative".

Située dans l'enceinte du Centre Scolaire Saint-Paul, dans le quartier Vauban, la chapelle Saint-Joseph a fait l'objet d'un permis de démolir qui a été signé le 28 mai 2019.

Feu vert des Bâtiments de France

Martine Aubry, maire PS de Lille, a déclaré à l'AFP "avoir discuté de la chapelle Saint-Joseph avec le ministre de la Culture il y a trois semaines" et que celui-ci "l'a rappelée juste avant de publier son communiqué".

"Il s'agissait d'un projet de l'université catholique qui avait obtenu le feu vert des Bâtiments de France. Dès lors, les services de la ville ne pouvaient pas s'y opposer", a-t-elle rappelé.

Le projet de bâtiment en lieu et place de la chapelle Saint-Joseph, si elle devait être détruite.
Le projet de bâtiment en lieu et place de la chapelle Saint-Joseph, si elle devait être détruite. © Agence Saison Menu Architectes Urbanistes

Violette Spillebout, candidate LREM à la mairie de Lille, avait demandé cette semaine l'annulation du permis de démolir, soulignant qu'une pétition pour la sauver avait été signée par 5.500 personnes et que "l'édifice est situé dans le périmètre classé Monument historique du Palais Rameau".

Même si la chapelle, qui date de 1886, n'est pas elle-même classée aux monuments historiques, "elle fait partie de notre patrimoine lillois. Détruire le patrimoine est un coup porté aux générations futures, et je me réjouis que Stéphane Bern (missionné par l'exécutif pour une mission patrimoine national) prenne position pour sauver la chapelle", avait-elle affirmé.

"Détruire le patrimoine, c'est donc ça le monde d'après ?", s'était ému Stéphane Bern mercredi sur Twitter.

Le projet Yncrea pourrait être construit ailleurs, sur le secteur du port de Lille ou sur la friche Transpole, selon la candidate LREM.

 

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
architecture et urbanisme culture architecture patrimoine