Lille : "je pense que Martine Aubry n'arrivera jamais à faire fermer La Citadelle", selon le patron du bar identitaire

La maire de Lille a demandé à nouveau la fermeture du bar et local associatif identitaire, La Citadelle. Aurélien Verhassel, le patron du lieu, reste confiant sur la suite qui va être donnée à la demande.

Aurélien Verhassel est à la tête du lieu La Citadelle dont la fermeture est demandée par Martine Aubry.
Aurélien Verhassel est à la tête du lieu La Citadelle dont la fermeture est demandée par Martine Aubry. © FRANCOIS LO PRESTI / AFP

Dans le sillage de la dissolution du groupe d'extrême droite Génération identitaire, effective le 3 mars, la maire de Lille, Martine Aubry, a demandé à nouveau la fermeture du club "La Citadelle" à Lille. "Je me réjouis de la dissolution de "Génération identitaire". Convaincue que les représentants de l'Etat en tireront toutes les conséquences, je réitère ma demande de fermeture du club La Citadelle à Lille", a-t-elle déclaré sur les réseaux sociaux. 

Cette demande, elle l'avait dejà faite en 2018 à la suite de la diffusion d'un documentaire de la chaîne Al-Jazeera. Basé sur l'immersion d'un an en caméra cachée dans le groupe Génération identitaire à Lille, il avait été tourné en partie dans le bar La Citadelle. Trois hommes seront condamnés par le tribunal de Lille pour propos racistes, éloge de la violence ou menaces d'attentats, des faits montrés dans le reportage.

Une demande qui n'avait pas abouti en 2018

Aurélien Verhassel, le président du bar, affirme que les trois condamnés ne font pas partie de l'association de La Citadelle, une précision importante pour lui. Celui qui a été le responsable de Génération identitaire dans le Nord jusqu'en 2018 se sent protégé de la nouvelle attaque de Martine Aubry par ce qui avait été décidé à l'époque. "A l'issue de la diffusion du reportage d'Al-Jazeera, ni le parquet, ni le préfet n'ont lancé de procédures à l'encontre de La Citadelle, de ses activités et de ma personne", rappelle-t-il. 

A l'issue de la diffusion du reportage d'Al-Jazeera, ni le parquet, ni le préfet n'ont lancé de procédures à l'encontre de La Citadelle, de ses activités et de ma personne.

Aurélien Verhassel, le patron du bar La Citadelle.

Il ajoute : "honnêtement je pense que Martine Aubry n'arrivera jamais à ses fins car tout ce que nous faisons est légal. La Citadelle, en tant que stucture, n'est la représentation d'aucun groupe politique, c'est une maison de l'identité autonome et autogérée qui accueille en son sein tous les patriotes sincères".

Dans le communiqué diffusé sur les réseaux sociaux, Martine Aubry renforce sa position. Fermer le bar serait un moyen de "mettre un terme aux activités des mouvements de la nébuleuse identitaire sur notre territoire". Aurelien Verhassel voit dans la demande de Martine Aubry, une attaque au timing politique pas anodin : "je pense que les associations de gauche poussent Martine Aubry dans ce sens alors que les élections régionales arrivent".

 

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
politique martine aubry