"Molière est la première rockstar de l'Histoire !", raconte Dove Attia dans son nouveau spectacle musical

Les dix commandements, Le Roi Soleil, Mozart l'opéra rock... En 15 ans, Dove Attia a créé huit comédies musicales à succès. Après plusieurs années d'absence, il revient avec Molière, son nouveau spectacle, qui sera joué à Lille du 7 au 9 juin 2024. L'occasion pour lui de répondre à toutes les questions que vous vous posez sur son parcours, de l'enseignement à la musique en passant par la Nouvelle Star.

Si Dove Attia vit à Cannes avec sa famille, il a choisi de s'installer à Lille le temps de créer Molière, son dernier spectacle musical. C'est donc en voisin qu'il a répondu à l'invitation de Vous êtes formidables, le 15 janvier 2023. Dans l'émission, il s'est livré sur sa vie privée, ses souvenirs de la Nouvelle Star, et bien sûr Molière, dont les dates au Zénith de Lille du 7 au 9 juin 2024 sont d'ores et déjà quasiment complètes.

Dove Attia, pourquoi un spectacle sur Molière ?

Je vis avec Molière depuis trois ans, j'adore ce personnage. Il me donne l'occasion de faire probablement mon dernier spectacle mais, d'après ceux qui me suivent depuis une quinzaine d'années, mon plus beau spectacle. Et pourtant j'en ai fait des beaux, avant ! [NDLR. "Notre-Dame de Paris", "Le Roi Soleil", "1789 : Les amants de la Bastille", "Mozart l'opéra rock", entre autres...]

Jean-Baptiste Poquelin, c'est un génie ! On lui doit énormément. Il n'y aurait pas eu Feydeau sans Molière, il n'y aurait pas eu Le dîner de cons, il n'y aurait pas eu toutes ces grandes comédies à la française.

Vous vous étiez déjà intéressé à Molière en 2005, c'est lui qui débutait le spectacle Le Roi Soleil. Pourquoi ne pas avoir créé ce projet plus tôt ?

C'est vrai qu'au moment du Roi Soleil, la première comédie musicale que j'ai totalement créée, je m'étais renseigné sur lui et j'avais découvert sa vie incroyable, digne des plus grands romans. On connaît toutes ses oeuvres mais pas sa vie, pourtant Molière est la première rockstar de l'Histoire ! Il n'y avait pas la télé, mais tout le monde le connaissait à Paris !

Ce mec a eu des amours scandaleuses, il a dérangé, il a été le premier féministe avec L'école des femmes, il s'est fait plein d'ennemis... Mais à l'époque, je n'étais pas prêt. Je ne savais pas comment raconter ça. Et puis il y a quatre ans, à travers mes voyages, j'ai découvert une nouvelle manière de faire des comédies musicales, autre que d'alterner les chansons et les dialogues. On mélange chansons, dialogues slamés, lyrique, on casse les codes et ça donne un côté très moderne.

durée de la vidéo : 00h13mn00s
Dove Attia, créateur du spectacle musical Molière, est venu le présenter le lundi 15 janvier 2024 sur le plateau de "Vous êtes formidables". ©FTV

On lit un peu partout que vous produisez le spectacle, en réalité, vous l'avez créé !

Quand on dit producteur, les gens pensent argent. Ceux qui mettent l'argent, ce sont des financiers. Un producteur, c'est au sens de producer en anglais, créateur. J'ai une idée de spectacle, je note le concept, puis je passe six mois à rédiger un livret. Je cherche des financiers et quand j'ai trouvé, je commence à écrire des chansons et des textes avec une équipe, je choisis un metteur en scène, cette fois-ci Ladislas Chollat, exceptionnel, et ensemble, on crée le spectacle.

Pourquoi avoir changé le titre du spectacle ?

Au départ, ça s'appelait L'opéra urbain. On a changé parce que, pour être honnête, je pensais que ça allait être un échec. Apparemment, avec ce titre, les gens croyaient qu'il s'agissait d'un spectacle de rap. Les préventes étaient au plus bas. On a décidé de changer pour l'appeler Molière, le spectacle musical. Il y a de grandes chansons mélodiques et du slam.

D'ailleurs le slam, c'est sans doute ce qu'aurait fait Molière s'il avait été vivant aujourd'hui. Et finalement, on est passés numéro un des ventes. Ce qui fait notre succès, c'est le bouche-à-oreille.

Pourquoi Lonepsi ne joue-t-il plus le rôle de Molière ?

Lonepsi était Molière. Je l'avais choisi parce que j'adore son univers artistique. Mais quand on a commencé, Lonepsi incarnait surtout le Molière de la deuxième période, celui de la profondeur et de la maturité. Il n'avait pas celui de la première période.

Il faut savoir que Molière, le spectacle musical est un spectacle très feel good, très drôle. Molière, surtout dans sa première jeunesse, a un côté Belmondo. C'est celui qui dirige la troupe, qui sait séduire les puissants, qui sait retourner la tête à quelqu'un dont il a besoin... Et Lonepsi, il avait l'autre côté, ce côté artiste, profondeur.

C'est d'ailleurs lui-même qui un jour a dit : "Je crois que c'est mieux que j'arrête, parce que je ne suis pas fait pour ce que vous voulez faire de Molière." Mais j'aimais tellement Lonepsi qu'il est resté dans la création artistique, il a fait plusieurs morceaux et il a donné son empreinte à ce spectacle.

Vous êtes en concurrence face à une quinzaine d'autres comédies musicales, dont la nouvelle version des Dix commandements, signée Pascal Obispo et Albert Cohen, contre qui Elie Chouraqui a porté plainte. Et vous, vous êtes en colère ?

Je ne suis pas en colère, mais je veux juste prévenir les gens, afin qu'ils comprennent bien. Ce n'est pas le retour des Dix commandements, c'est un autre spectacle. Ce sont les mêmes chansons, signées Pascal Obispo, mais ce sont d'autres décors, d'autres costumes, d'autres chorégraphies que celles de Kamel Ouali.

Mais je ne suis pas en colère, non, et je ne veux pas m'en mêler, parce que ce sont mes amis des deux côtés.

Passons à des questions plus légères. Quand les gens tapent votre nom sur Internet, ils se demandent quelle est votre origine.

Je suis né en Tunisie. Mes parents voyageaient beaucoup entre la France et la Tunisie. J'ai des origines italiennes et françaises, puisque la Tunisie a été une colonie italienne avant d'être française. Ma langue maternelle est le français, je suis allé au lycée Carnot en France. Donc on va dire que j'ai une multi-origine.

Quel âge avez-vous ?

J'ai toujours 20 ans ! [Rires]. C'est sur les réseaux : j'ai 66 ans, mais je ne les fais pas !

Quelle est votre taille ?

1,73m, même si j'ai peut-être rapetissé avec l'âge. Ils sont curieux, quand même !

On se demande si vous êtes en couple avec Marianne James.

Non, et je ne l'ai jamais été. Marianne James est une excellente amie pour qui j'ai beaucoup de tendresse et d'affection... Sauf quand elle a dit ce qu'elle a dit à Incroyable Talent ! Elle n'a pas été gentille.

Après une prestation de danse qu'elle a trouvée mauvaise, elle a dit : "On dirait un final d'un spectacle de Dove Attia !", alors qu'elle n'en a jamais vu un seul, des spectacles de Dove Attia. Néanmoins, j'ai beaucoup de tendresse et de respect pour cette grande dame.

Puisqu'on parle de Marianne James, on vous associe évidemment à la Nouvelle Star.

C'était vraiment une aventure humaine exceptionnelle, respect à mes co-jurés Marianne James, Manu Katché et André Manoukian. On a passé cinq années vraiment formidables. Qu'est-ce qu'on riait ! Et on pleurait, parfois, d'émotion... On a découvert des talents incroyables, Julien Doré, Christophe Willem, Amel Bent et bien d'autres. C'est un des plus beaux souvenirs de ma vie.

Vous n'avez pas tout de suite vu le talent d'Amel Bent...

Le jour du casting, en 2004, juste avant le passage d'Amel Bent, mes trois co-jurés avaient éliminé un candidat qui me plaisait. Quand Amel est arrivée et que j'ai vu qu'ils la kiffaient tous les trois, j'ai été méchant et j'ai dit : "On dirait une chanteuse de karaoké !". Je ne l'ai pas dit contre Amel Bent, mais plutôt pour emmerder mes trois camarades.

Lorsque je l'ai revue au théâtre, je l'avais complètement oubliée et quand elle s'est mise à chanter, j'ai demandé : "Mais c'est qui, cette femme, avec cette voix exceptionnelle ?"... Quand on m'a rappelé ce que j'avais dit d'elle, je suis allé m'excuser platement.

Aujourd'hui je le dis, c'est très rare de donner de l'émotion avec sa voix. Il y avait Daniel Lévi, eh bien chez les femmes il y a Amel Bent. Avec sa voix, elle vous donne des frissons.

Outre la Nouvelle Star, les gens font des recherches sur votre parcours, polytechnicien, directeur de TF1 international, mais surtout enseignant !

J'ai enseigné pendant quinze ans et c'est un de mes plus beaux souvenirs. J'adore ce métier. D'ailleurs quand je dirige ma troupe, on me dit souvent d'arrêter de faire le prof... C'est une déformation professionnelle ! J'ai enseigné les maths, la physique, les statistiques, de la sixième à la Terminale et en prépa HEC, j'ai tout fait.

Question d'ordre privé, pour finir... Qui est votre compagne ?

Je ne dirai rien, juste que ma femme est lilloise et que mes enfants sont scolarisés à Lille en ce moment. Mon beau-père est d'ailleurs un très grand architecte lillois. [Il hésite.] Bon allez, je le dis, même s'il va m'engueuler... Il s'appelle Hubert Maes. [NDLR. On lui doit notamment la réalisation de l'hôpital Saint-Vincent et la réhabilitation de l'Hermitage Gantois à Lille.]

____________________

Pour voir Molière, le spectacle musical au Zénith de Lille, il va falloir réserver rapidement. Les dates de 7, 8 et 9 juin sont quasi complètes.