"Prête à tout" pour sauver un chien errant, elle se bat pour l'adopter

Cynthia Hayaer a trouvé un chien le 26 janvier dernier dans le quartier Vauban à Lille. Deux jours après s'être tournée vers la Ligue Protectrice des Animaux du Nord de la France pour pouvoir officiellement l'adopter, Cynthia apprend que l'association va euthanasier la bête. La Lilloise est prête à tout pour sauver ce chien.

Entre Cynthia et Lycos, le courant est tout de suite passé. Mais cette Lilloise craint que cette nouvelle amitié connaisse une fin aussi soudaine que brutale.

Cynthia Hayaer a croisé le chemin de ce chien noir jeudi 26 janvier alors qu'il errait dans le quartier Vauban. Elle circulait en voiture avec sa sœur, quand elle a vu deux chiens, un petit bichon et un plus gros - "peut-être un croisé labrador", nous dit-elle - qui zigzaguaient entre les voitures. "Ils étaient en danger alors on essayé de les sauver", raconte-t-elle. 

Les deux femmes parviennent à attraper le bichon rapidement mais pas le plus gros, qu'elles baptisent Lycos. Elles contactent la Ligue Protectrice des Animaux du Nord de la France (LPA - NF) qui récupère le bichon et leur signale qu'il pourra être adopté à partir de lundi 6 février. Bonne nouvelle, Cynthia sait déjà qu'elle viendra se proposer pour l'adopter !

Une amitié rapidement nouée

Pendant quelques jours, Lycos continue d'errer dans le quartier. Cynthia et sa sœur Angèle viennent le voir tous les jours et passent plusieurs heures avec lui. 

On lui a proposé des friandises alors il a commencé à venir vers nous. Petit à petit, on voyait qu'il était moins craintif. On l'a promené, on a joué, il était très câlin !

Cynthia Hayaer

Au bout de deux jours, le chien les attendait à leur arrivée. Finalement, Cynthia parvient à le ramener chez elle pour lui permettre de se réchauffer et lui donner à manger. Pendant deux jours, Cynthia apprivoise Lycos et Lycos apprivoise Cynthia.

Cynthia a rapidement apprivoisé Lycos. ©Cynthia Hayaer

Souhaitant "faire les choses dans les règles", Cynthia contacte la LPA-NF pour vérifier que ce chien n'était pas recherché par ses propriétaires. "On nous a répondu que c'était illégal de garder un chien errant chez soi", retrace la femme au téléphone. La LPA-NF récupère alors le chien et Cynthia leur signale qu'elle souhaite l'adopter. Elle confirme sa requête en appelant l'association après le départ de Lycos : "On m'a répondu qu'il partait à la fourrière pour 8 jours et que je ne pouvais rien faire pendant ce temps".

Impatiente d'avoir des nouvelles, Cynthia recontacte l'association deux jours après son départ, mercredi 1er février. Coup de massue : la LPA-NF l'informe que le chien "a été agressif" et qu'il sera euthanasié mercredi 8 février. 

D'abord, c'est l'incompréhension qui domine. 

Ils disent qu'il a essayé de mordre alors qu'il n'a jamais été agressif avec nous sur les 6 jours où nous l'avons côtoyé. Il n'a jamais montré les dents ! Il avait peur de nous avant de se laisser approcher.

Cynthia Hayaer

Elle se souvient immédiatement de son premier appel à la LPA-NF : "Ils m'avaient rassuré en me disant "ne vous inquiétez pas, on n'euthanasie pas des chiens comme ça ! Il faut vraiment qu'ils soient d'une extrême agressivité" !"  Cynthia est déboussolée. 

"Prête à tout pour le sauver"

Rapidement, elle essaye de tout mettre en marche pour éviter que l'euthanasie ne soit réalisée. "Je leur ai proposé de leur envoyer des photos et des vidéos pour qu'ils voient le coté positif de son caractère et ils ont strictement refusé de les voir", affirme-t-elle.

Elle contacte une avocate spécialisée dans le droit des animaux, plusieurs associations et va même jusqu'à toquer à la mairie de Lille pour tenter d'obtenir gain de cause. L'association Educ Dog lui a promis qu'elle lui offrait quatre jours d'éducation gratuite pour Lycos si cela pouvait convaincre la LPA-NF de ne pas l'euthanasier.

Ce qu'on veut obtenir c'est un sursis de façon à pouvoir nous organiser et nous retourner contre eux.

Cynthia Hayaer

"On a créé un lien très très fort avec lui, confie-t-elle la voix pleine d'émotion. Il est reconnaissant et sensible. C'est un chien adorable. S'il était dangereux je ne voudrais pas l'adopter !"

Selon elle, l'association ne lui a "pas donné sa chance" : "La LPA-NF la lui refuse, je trouve ça dégueulasse !" Elle se dit "prête à tout pour le sauver". La LPA-NF l'a prévenue qu'il était impossible de lui rendre visite tant qu'il était à la fourrière.

Contacté dans un premier temps, la LPA-NF n'a pas souhaité nous répondre. Ce samedi 4 février, l'un de ses responsables est finalement entré en contact avec notre rédaction. Il nous a expliqué qu'il n'avait jamais été question d'euthanasier Lycos. Cette décision serait un "recours extrême" : "La date du 8 février correspond juste à l'échéance légale à partir de laquelle le chien appartient à la LPA".

Ce responsable nous confirme qu'il rencontrera Cynthia Hayaer ce lundi 6 février pour voir dans quelles conditions Lycos pourrait éventuellement être adopté.