"S'il n’y a pas assez de vaccins, dites-le nous" : à Lille, Martine Aubry implore le gouvernement de "dire la vérité"

À l'occasion de l'ouverture de la vaccination aux 75 ans et plus, la maire de Lille Martine Aubry s'est rendue dans un centre ouvert à Fives et en a profité pour adresser un message au gouvernement. Elle craint "qu'il n'y ait pas assez de vaccins" et demande au gouvernement de "dire la vérité."

Martine Aubry, maire de Lille, en visite dans le centre de vaccination ouvert dans la salle des fêtes de Fives.
Martine Aubry, maire de Lille, en visite dans le centre de vaccination ouvert dans la salle des fêtes de Fives. © France 3 Hauts-de-France

À l’occasion du lancement de la campagne de vaccination aux personnes de 75 ans et plus, Martine Aubry s’est rendue dans la salle municipale de Fives, transformée pour l’occasion en centre de vaccination.

Très discrète jusqu’à présent quant aux décisions du gouvernement dans la lutte contre la pandémie de Covid-19, la maire de Lille a exposé devant la presse ses "grosses inquiétudes" sur la quantité de vaccins disponibles.

"Je crois qu’aujourd’hui il faut que le gouvernement nous dise la vérité : on manque de vaccins"

À Lille, deux centres de vaccination ont ouvert leurs portes ce lundi 18 janvier , en plus des centres ouverts dans les hôpitaux et les cliniques. La salle des fêtes de Fives, réquisitionnée, peut effectuer "jusqu’à 840 vaccinations par semaine" explique l’élue. Pourtant, sur les huit lignes installées pour accueillir les patients, deux sont restées fermées ce matin.

"Je crois qu’aujourd’hui il faut que le gouvernement nous dise la vérité : on manque de vaccins", a lancé Martine Aubry, très remontée. "Il ne faut pas raconter d’histoires. Je me suis tue jusqu’à présent sur les masques, les tests. J’ai toujours fait ce que le gouvernement nous demandait de faire parce que je sais que c’est difficile."

Le Zénith de Lille refusé pour accueillir un centre de vaccination

Au-delà des deux centres de vaccination ouverts à Fives et dans l’enceinte de l’institut Pasteur, la maire de Lille affirme que la municipalité avait proposé de mettre à disposition le Zénith de Lille, "qui aurait permis de faire 1000 à 2000 vaccinations par jour." Pourtant, "ça nous a été refusé alors que ça a été accepté à Lyon et à Cannes, allez savoir pourquoi."

Selon elle, la seule raison plausible à ce refus se trouve dans le manque de doses disponibles. "S'il n’y a pas assez de vaccins, ce que je crains vraiment, dites-le nous, implore Martine Aubry. On ne peut pas repartir dans cette incertitude alors qu’on est prêts, qu’on peut faire des milliers de vaccinations par jour ici à Lille."

La question de la vaccination dans les Ehpad

La maire de Lille a enfin pris pour exemple la lenteur de la vaccination dans les Ehpad de la ville. "Nous sommes très en retard dans le Nord sur la vaccination dans les Ehpad, affirme-t-elle. Par exemple à Lille, on n’a pu vacciner nos deux premières résidences que jeudi 14 janvier, alors que presque tout le monde veut se faire vacciner."

D’après les chiffres communiqués par l’Agence Régionale de Santé des Hauts-de-France au 14 janvier, 1799 résidents d’Ehpad avaient été vaccinés dans le Nord.

"Depuis le début de la pandémie, nous obéissons et appliquons les règles, nous anticipons. Encore faut-il qu’on nous dise la vérité parce que sans le vaccin, on ne s’en sortira pas", a conclu Martine Aubry. En déplacement à Grenoble, le ministre de le Santé Olivier Véran a affirmé "qu'à chaque fois que des doses arrivent, on les met immédiatement à disposition, on ouvre des créneaux de rendez-vous pour les Français. Nous sommes en flux tendu, c'est notre stratégie, c'est la stratégie de tous les pays qui vaccinent."

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
vaccins santé société coronavirus/covid-19 martine aubry politique