Stationnement à Lille. Interview croisée sur la verbalisation des automobilistes en situation de handicap

Publié le
Écrit par Emmanuel Pall .

Olga Meurisse, directrice territoriale APF France Handicap, estime que le système est "discriminant" à Lille, notamment pour les automobilistes handicapés de passage. Jacques Richir, adjoint à la mairie de Lille lui répond en concédant un système Rapo (pour contester une infraction) "contraignant" et en promettant des simplifications pour début 2023. Le point.

A Lille, comme partout dans les villes de France, les places de stationnement payantes pour personnes détentrices de la carte CMI (carte mobilité inclusion) sont gratuites. Néanmoins, quelques couacs existent selon le témoignage que nous avons recueilli d'Olga Meurisse. Dans son association, une dizaine de personnes ayant la carte CMI ont été verbalisées en un an. Et pour cause, les voitures flasheuses (Lapi) n'ont pas le moyen de voir les cartes CMI posées sous le pare-brise. 

Olga Meurisse, directrice territoriale Nord et Pas-de-Calais, APF France Handicap

Des membres de votre association ont-ils été verbalisés ?

Olga Meurisse : En un an, une dizaine de nos adhérents qui habitent Lille ou ont été de passage dans la ville se sont plaints d’avoir été verbalisés sur le stationnement alors que leur macaron était affiché sous le pare-brise de leurs véhicules.



Le macaron est-il attribué à une personne ou à un véhicule ?

Olga Meurisse : Pour l’association, nos véhicules ont été déclarés en mairie comme transportant des personnes en situation de handicap et nous ne payons pas le parking à Lille exclusivement quand nous sommes avec ces personnes ou quand nous allons les chercher. Mais normalement, le macaron est attribué à la personne en situation de handicap.

Comment font ces personnes quand ils sont simplement de passage sur Lille ou quand ils sont lillois et qu’ils ont besoin d’utiliser une autre voiture ?

Olga Meurisse : C’est bien là le problème. Exemple, un jeune handicapé doit déclarer à chaque fois un nouveau véhicule sur une application internet s’il veut par exemple se garer dans Lille avec la voiture de son père pour ne pas avoir de PV. De la même manière, j’ai le cas d’une famille de Douai qui a le macaron et qui s’est pris 5 PV sur deux mois parce qu’ils sont venus à Lille ramener du matériel pour refaire les peintures d’un de leurs enfants étudiant. Je trouve cela discriminant.

J’ai le cas d’une famille de Douai qui a le macaron et qui s’est pris 5 PV sur deux mois parce qu’ils sont venus à Lille ramener du matériel pour refaire les peintures d’un de leurs enfants étudiant. Je trouve cela discriminant.

Olga Meurisse

Les inscriptions sur application des véhicules sont-elles rébarbatives ?

Olga Meurisse : Ce n’est pas tant ça le problème, mais plutôt le fait que quelqu’un qui vient de Douai ou Saint-Omer, n’est pas forcément au courant qu'il faut le faire. Par ailleurs, cela suppose que toute personne handicapée ait au minimum un smartphone avec internet, ce qui n’est pas le cas parmi nos adhérents, entre autres car ils n’ont pas toujours les moyens de les utiliser. Sur la difficulté à utiliser ces applications, je ne sais pas, mais je pense qu’une fois qu’on est venu à Lille et qu’on a été verbalisé, on ne va pas systématiquement contester ensuite, en faisant un Rapo (Recours Administratif Préalable Obligatoire), abscons.

Jacques Richir, adjoint à la mairie de Lille en charge des mobilités et du stationnement

Constatez-vous une problématique concernant le stationnement des personnes handicapées à Lille, notamment à propos de leur verbalisation par les voitures flasheuses (système Lapi) ?

Jacques Richir : Non. Il y a quelques personnes qui râlent mais le système Lapi est extrêmement codifié, y compris au regard de la CNIL (la commission nationale informatique et libertés). Ce système est ni plus ni moins que le système de télépéage. Il y a 7 ou 8 ans, on a changé de carte passant du macaron Grand Invalide Civil à la CMI (carte mobilité inclusion) pour réduire les fraudes grâce à une carte moins falsifiable. Nous sommes pour la gratuité du stationnement pour les personnes détentrices de cette carte mais ce droit doit être justifié. C’est dans le droit français, il doit pouvoir y avoir vérification. Aujourd’hui, il existe deux moyens de faire valoir ce droit : via une application smartphone ou via une inscription de sa carte CMI sur les fichiers informatiques de la ville pour ne pas avoir de FPS, forfait de post-stationnement.

En janvier 2023, on pourra cocher carte CMI sur les horodateurs, rendant par défaut le stationnement gratuit. Mais des contrôles seront effectués.

Jacques Richir

Mais pour les personnes handicapées de passage à Lille ou qui veulent circuler à bord de la voiture d’un parent ou d’un ami ?

Jacques Richir : Je reconnais que jusqu’ici le système RAPO permettant de contester des FPS était contraignant. Mais début janvier, date à laquelle le FPS passera à 25 euros au lieu de 17 euros, nous aurons un troisième moyen pour les personnes handicapées qui sont de Nantes ou de Paris. Il suffira d’aller à l’horodateur de rentrer sa plaque d’immatriculation et de cocher la case CMI. Des contrôles seront faits par des agents à pied. Mais le stationnement sera gratuit quand on cochera la case CMI. Ce système est déjà en place à Marseille. A partir de janvier, les personnes en situation de handicap auront donc une troisième possibilité : 1 se pré-inscrire en mairie pour les Lillois ou ceux qui viennent régulièrement sur Lille, cela leu évitera de sortir systématiquement de la voiture pour 2, aller à l’horodateur ou 3, de cocher à chaque fois la case CMI sur son smartphone.

Que permet le système Lapi depuis sa mise en place ?

Jacques Richir : Il incite à payer son stationnement car les contrôles sont plus fréquents : 800 à 1 000 voitures par heure. A Lille, nous avons 10 000 places de stationnement, du coup une rue est contrôlée à peu près une fois par jour. On estime qu’un tiers des automobilistes garés en ville paient leur stationnement lorsqu’on a un contrôle par des agents ; ce chiffre monte à la moitié des automobilistes avec le système Lapi. Avant Lapi c’était 120 000 paiements de stationnement par mois (pour la ville) et 4 000 à 5 000 FPS par mois (pour la métropole), après c’est 200 000 paiements et 30 000 FPS.

Tous les jours, recevez l’actualité de votre région par newsletter.
France Télévisions utilise votre adresse e-mail pour vous envoyer la newsletter de votre région. Vous pouvez vous désabonner à tout moment via le lien en bas de ces newsletters. Notre politique de confidentialité