TEMOIGNAGE. Un Lillois tiré au sort présente les propositions pour le climat à Emmanuel Macron

Et rebelote. Lambert Allaerd, déjà tiré au sort l’été dernier pour faire partie des 150 citoyens de la Convention climat, se retrouve à nouveau tiré au sort pour soumettre des propositions écologiques à Emmanuel Macron. Bouleversé par cette expérience, le Lillois a même changé de travail. 

Lambert Allaerd a été tiré au sort pour présenter 149 propositions pour le climat à Emmanuel Macron le 29 juin
Lambert Allaerd a été tiré au sort pour présenter 149 propositions pour le climat à Emmanuel Macron le 29 juin © Katrin Baumann

[MISE À JOUR DU 29/06] Ce lundi, au lendemain d'une marée verte qui a emporté Lyon, Marseille, Bordeaux, Annecy et qui a manqué de peu de ravir Lille à Martine Aubry les représentants de la Convention citoyenne pour le climat s'adressent à Emmanuel Macron. Parmi eux un Lillois, Lambert Allaerd, qui se confiait il y a quelques jours sur cette expérience.

Dimanche 22 juin, les 150 participants de la Convention citoyenne pour le climat ont voté leur rapport final, avant de le remettre à la ministre de la Transition écologique et solidaire, Elisabeth Borne. Le Nordiste Lambert Allaerd, tiré au sort une première fois pour y participer, a cette fois-ci été désigné pour faire partie des six “émissaires” qui rencontrent le Président ce 29 juin. Concerné mais pas vraiment investi par son devoir de citoyen sur la question écologique, Lambert Allaerd s'est depuis engagé pour la planète... jusqu'à changer de changer de travail. 

Tout commence l’été dernier. Lambert Allaerd, développeur web, reçoit un SMS. Ce Lillois de 29 ans croit d’abord à un message frauduleux. Il ne sait pas qu’il s’agit du premier jour du reste de sa vie. Après quelques clics sur internet par curiosité, il découvre qu’il vient d’être tiré au sort avec 149 autres Français représentatifs de la population pour former la première Convention citoyenne pour la transition écologique. Les participants ont alors plusieurs mois pour faire des propositions permettant à la France de lutter contre le réchauffement climatique et “réduire de 40% nos émissions de gaz à effet de serre d’ici à 2030”

Convention citoyenne pour le climat : Lambert Allaerd, invité du JT

“J’ai pris une grosse claque” 

“J’ai tout de suite accepté, se rappelle Lambert Allaerd, sans être particulièrement investi ni engagé, j’étais soucieux de la question climatique. C’était aussi l’opportunité, en tant que citoyen, de participer à une innovation démocratique.” Si le Nordiste était quelque peu sceptique quant à la mise en oeuvre d’une telle initiative : “comment trouver des consensus parmi 150 personnes représentant la diversité française ?”, il croit aujourd’hui fermement au changement. 

“J’ai pris une grosse claque par rapport aux enjeux climatiques. Je n’étais pas conscient de la taille du problème. À quel point nous devons changer nos pratiques”, réagit-il. Pendant neuf mois, Lambert Allaerd a passé sept week-end au siège du Conseil Economique Social et Environnemental (CESE) à Paris et participait à différents groupes de travail thématiques comme "se nourrir", "produire-travailler", "consommer", "se loger" ou encore "se déplacer". Débat avec des experts, des climatologues, rencontre avec Nicolas Hulot, “c’est une des expériences qui m’a le plus marqué dans ma vie. C’était extraordinaire, et surtout, ça nous a responsabilisé en tant que citoyen”.

 “On ne décrochait jamais vraiment, on échangeait, on faisait des séminaires en ligne lorsque l’on rentrait chez nous. Alors ça m’a fait tout drôle, dimanche, quand on a voté nos propositions et rendu le rapport au gouvernement”, s’émeut-il, déjà nostalgique. 

Le Lillois a quitté son travail pour développer une application écologique 

Obliger les propriétaires à réaliser la rénovation énergétique de leur bien immobilier, limiter la vente de véhicules neufs, contraindre les entreprises à reverser une partie de leurs dividendes pour la transition écologique… le rapport compte 149 propositions. Mais celle qui lui tient tout particulièrement à coeur concerne la transparence sur l’impact environnemental des produits. 

La preuve… il en a fait son métier ! “Pendant la convention, j’ai rencontré un expert qui est devenu mon collaborateur. Je me suis rendu compte que la Convention allait s’arrêter alors même je voulais continuer à travailler sur ce sujet. Alors j'ai quitté mon ancien travail pour rejoindre son projet et je monte aujourd’hui avec lui une application qui mesure l’impact environnemental des produits alimentaires.” L’application, en développement à Euratechnologie, devrait sortir à la rentrée.  

Lundi, rendez-vous avec Emmanuel Macron

Le Nordiste prolonge son expérience aussi, côté politique. Avec cinq autre membres de la Convention citoyenne pour le Climat, il a été tiré au sort pour présenter leurs propositions au chef de l’Etat ce lundi 29 juin. Le porte-parole espère que le Président, comme les Français, s’en saisissent. Bouleversé par cette prise de conscience écologique, il n’attend qu’une chose : que leurs propositions se concrétisent : “j’attends beaucoup des politiques, mais j’ai de l’espoir”. 

 

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
climat environnement réchauffement climatique
l’actualité de votre région, dans votre boîte mail
Recevez tous les jours les principales informations de votre région, en vous inscrivant à notre newsletter