Cet article date de plus de 3 ans

"Tu fermes ta gueule sinon je te tue" Michèle a-t-elle été victime du violeur de la Sambre ?

Trois jours après l'interpellation de Dino Scala, soupçonné d'être le "violeur de la Sambre", une femme est sortie de son silence.
Elle s'appelle Michèle Rémy et a aujourd'hui 60 ans. Ce jeudi 1er mars, trois jours après l'arrestation de Dino Scala, soupçonné d'être le violeur de la Sambre, elle est sortie de son silence pour témoigner sur France Info.


Cette employée à la mairie de Louvroil fait-elle partie des 19 victimes de "viols" et "agressions sexuelles" identifiées en France ? Elle-même l'ignore, mais veut connaître la vérité. "J'aimerais bien savoir s'il avoue, si vraiment il a été à cette date-là à ce lieu-là." 


C'était en 2002. "C'était le 7 ou le 8 février, c'était un vendredi" poursuit-elle. "J'allais travailler à la salle de sport. Quand j'ai refermé la porte, on m'a sauté sur le dos, par derrière. Il m'a coupé la respiration et m'a mis un couteau sur la gorge". Un mode opératoire similaire à celui décrit mercredi par le procureur de la République de Valenciennes Jean-Philippe Vicentini.


Quand j'étais sur le dos, il m'a carrément étranglée


"Il m'a dit 'tu fermes ta gueule sinon je te tue'. Il m'a attaché les mains, les pieds. J'ai eu peur". Elle décrit un homme violent, qui la "tapait tout le temps". "Quand j'étais sur le dos, il m'a carrément étranglée", ajoute Michèle.

Mais par chance, "il n'a pas eu le temps" de la violer, explique-t-elle. Ils ont été découverts par une collègue, que l'homme a poussée pour s'enfuir. "Elle a allumé toutes les lumières. Il m'a lâchée, mais j'avais le haut tout ouvert".

Le violeur de la Sambre est-il l'homme qui a agressé 3 femmes à Louvroil en 2002 ?


Michèle parle aujourd'hui pour être "soulagée". Elle avait porté plainte il y a 16 ans et compte bientôt prendre contact avec un avocat. Elle n'a pas encore été entendue par le parquet de Valenciennes.

Dino Scala, décrit comme un homme sans histoires par son entourage, a avoué pendant sa garde à vue être le violeur de la Sambre, reconnaissant même une quarantaine de viols. Il opérait des deux côtés de la frontière franco-belge. C'est d'ailleurs après une agression sexuelle survenue à Erquelinnes qu'il a été interpellé.

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
affaire du violeur de la sambre faits divers