VIDEO : A Prisches, la brocante de Cédric est une caverne d'Ali Baba pour tous les chineurs

Publié le
Écrit par Thibaut RYSMAN .
durée de la vidéo : 13min 00
Passionné d'objets anciens, Cédric a lâché son travail à la chaîne pour devenir brocanteur. Il vous accueille dans son bric à broc à Prisches. ©France Télévisions

Il travaillait à la chaîne à l'usine. Cédric vit désormais de sa passion, la brocante. Il a créé son bric à broc à Prisches dans le Nord, une véritable caverne d'Ali Baba où les objets anciens vivent une nouvelle vie. Les chineurs affirment que chaque objets chinés passent au moins entre les mains de cinq propriétaires.

Quand on arrive à Prisches, c’est d’abord par des panneaux marqués BROCANTE que nous sommes accueillis. Avant même celui qui indique l’entrée du village. En les suivant, on tombe assez facilement sur la petite maison de Cédric Delfosse.

À 43 ans, ce brocanteur a quitté son emploi à l’usine pour se lancer dans la brocante. Un phénomène de mode aujourd’hui, mais qui pour lui remonte à l’enfance. 



Les départementales sont mouillées en ce matin automnal. Passé Saint-Quentin, il nous faut 50 minutes pour rejoindre ce petit village situé à la frontière du Nord et de l’Aisne. Nous suivons les panneaux et arrivons devant la fameuse brocante de Cédric. Il nous accueille avec un grand sourire et nous fait la visite.

Alors ici, avant, c’était un petit garage, je l’ai juste bien aménagé et voilà, j’en ai fait une petite pièce pour les bibelots.

Cédric, brocanteur.



Et c’est vrai qu’il fallait au-moins ça tant le nombre d’objets est important. Tous, ou presque, ont des étiquettes de prix. Une panière en plastique reçoit des boites anciennes de rasage. Le petit rasoir plié en métal argenté, les lames de rechange, le petit miroir. Tout astucieusement rangé dans une petite boite en cuir. Cédric les adore. 

Le garage à bibelots se trouve sur le petit parking de sa propre maison sur la droite. Nous en sortons pour arriver dans le jardin où nous découvrons un impressionnant stock de matériel pour fixer les murs des maisons. Ces pièces en fer forgé sont très rares et les motifs sont très beaux. On appelle ça des tirants.

"En fait moi, je ne récupère jamais rien. J’achète aux particuliers tout ce que je peux vendre ensuite. Pour les tirants, les couvreurs viennent me vendre des pièces qu’ils récupèrent, car ils savent que j’adore ça. Et du coup, je me suis constitué le plus gros stock du secteur".

Pièces militaires et vieux outils

Dans l’appentis du jardin nous trouvons des pièces militaires et de vieux outils. Dans un abri encore plus spacieux, au fond du jardin, se trouvent toutes les pièces de maison un peu volumineuses. C’est une vraie caverne d’Ali Baba façon Cédric.

"Moi les brocantes, je faisais ça avec ma mère dans les petits villages. J’adorais chiner et j’adorais vendre. Mais c’est resté à l’état d’activité du week-end. Quand j’ai eu l’âge de travailler, je me suis mis à l’usine. Je travaillais dans la chaîne d’assemblage automobile MCA à Maubeuge."

Et puis en 2012, il lâche tout et se décide à vivre de sa passion. Il ne savait pas encore que 5 ans après l’émission Affaires conclues sur France 2 allait débuter. Et avec elle, le raz-de-marée des passionnés de vieux objets. 

Parmi eux, un certain Julien Cohen. Celui avec les lunettes bleues. Quand il a débarqué à Péronne pour créer la maison des brocanteurs, Cédric s’est tout de suite inscrit. Julien, ultra présent sur les réseaux sociaux, lui fait une pub énorme. Le jeu en vaut la chandelle, il loue un espace dans lequel ses objets sont exposés en plus de ce qu’il a chez lui.

Aujourd’hui, il continue d’acheter les objets aux particuliers qui vident leur maison et désormais, il le fait de temps en temps avec son fils.

Un jour, il a acheté un petit violon dans un vide grenier pour 20 euros. Il avait un peu négocié, il était tout content. On l’a fait expertiser et bien, il a réussi à le revendre en se faisant faire un chèque à 4 chiffres !

Cédric.

Il éclate de rire. Nous on a bien compris qu’il avait réussi à transmettre sa passion.

Tous les jours, recevez l’actualité de votre région par newsletter.
France Télévisions utilise votre adresse e-mail pour vous envoyer la newsletter de votre région. Vous pouvez vous désabonner à tout moment via le lien en bas de ces newsletters. Notre politique de confidentialité