VIDEO. Dans les pas de Pierre Bonte, l'ancien chroniqueur à la télévision du Petit Rapporteur : retour à Landas et sa boulangerie dans le Nord

Publié le
Écrit par Thibaut Rysman .
Le Grand Rapporteur avec Pierre Bonte ©France Télévisions

À la fin des années 70, la télévision française proposait chaque dimanche le Petit Rapporteur. Une émission qui traitait l'actualité de façon satirique. Son chroniqueur Pierre Bonte, originaire du Nord, racontait la France des villages. Pour France 3 Hauts-de-France et "Le Grand Rapporteur", il retourne à Landas et dans sa boulangerie. #LeGrandRapporteur

Vivez le Festival Interceltique : Le Festival Interceltique de Lorient 2022

À Landas au 227 de la petite rue du Dr Géry Deffontaines existe une boulangerie que vous avez probablement vu si vous trainez sur le web au hasard des vidéos qui s’offrent à vous. Et pour cause, l’Ina ressort les pépites de la célèbre émission du Petit Rapporteur qui rassemblait tous les dimanches pas moins de 25 millions de téléspectateurs. Aujourd’hui un journal de 20h des grandes chaines rassemble au mieux 5 millions de curieux.

Landas donc accueillait le 6 mars 1977 la célèbre chronique de Pierre Bonte, l’envoyé spécial du Petit rapporteur. Son truc à lui c’était de raconter la France des villages. Et là, il nous présentait Agnès, une boulangère à la grande gueule affirmée qui n’avait pas la langue dans sa poche.

45 ans après nous sommes retournés voir en compagnie de Pierre Bonte ce qui avait changé. "Absolument rien" selon Pierre.

Toujours pas de vitrine, peut être un joli petit comptoir pour accueillir une caisse mais c’est tout. Même l’odeur n’a pas changé c’est très émouvant.

Pierre Bonte

"Le Grand Rapporteur" - France 3 Hauts-de-France

Francois Bernhard a repris la boulangerie achetée par son papa une fois Agnès partie à la retraite. La vieille dame au caractère bien affirmé est décédée peu avant l’An 2000.

Au fil des 45 ans qui viennent de s’écouler, il ne se passe pas une semaine sans que quelqu’un ne fasse une remarque sur ce reportage devenu mythique. Des remarques qu’accueille bien volontiers Marie, la petite fille de la boulangère. Beaucoup moins grande gueule que sa grand-mère, Marie en garde pourtant un souvenir ému. Elle venait la voir travailler et voir comment elle vendait son pain directement dans la cuisine. "Aujourd’hui ce ne serait plus possible. Et puis elle avait peur de payer trop de taxes alors des fois…" Sacrée Agnès.

Au Pain de nos ancêtres, le four utilisé est toujours le même. Idem pour le pétrin qui a été racheté par Agnès alors qu’il était déjà d’occasion. Impossible de lui donner un âge, mais il est toujours là et attend le réparateur pour une petite panne tout à fait réparable.

La boulangerie fonctionne toujours au feu de bois et c’est en dizaine de stères que François fait tourner ses fours, presque en permanence, car la boulangerie est ouverte toute la journée et toute la nuit ! Du 24h sur 24 sauf le lundi.

D’ailleurs, il fait tellement bon dans ses murs que si vous tendez l’oreille vous n’aurez pas de mal à entendre les grillons qui manifestent leur joie d’un climat tropical toute l’année.

François, son frère Frédéric et Marie continuent de faire perdurer une certaine tradition initiée par Agnès. La vidéo postée et vue près de 400 000 fois continue, elle, d’assurer la publicité d’un endroit qui sent si bon la nostalgie.

Tous les jours, recevez l’actualité de votre région par newsletter.
France Télévisions utilise votre adresse e-mail pour vous envoyer des newsletters. Vous pouvez vous désabonner à tout moment via le lien en bas des e-mails. Notre politique de confidentialité