Ménages à "très hauts revenus", seuls 0,6 % des foyers sont concernés dans les Hauts-de-France selon l'Insee

Une étude de l'Insee Hauts-de-France publiée ce jeudi 4 avril 2024 révèle que seuls 15 100 ménages de la région sont considérés comme des foyers à "très hauts revenus", percevant au moins 9 800 euros par mois. 410 000 ménages vivent quant à eux sous le seuil de pauvreté, selon les chiffres d'octobre 2023.

Selon une étude de l'Insee, en 2021, 15 100 ménages sur les 2 482 000 des Hauts-de-France étaient considérés comme des ménages "à très hauts revenus". Ces personnes perçoivent au moins 9 800 euros par mois (avant impôt) pour une personne seule, et représentent 0,6 % des ménages de la région. L'Insee précise qu'ils appartiennent donc au 1 % des foyers les plus aisés de France.

Face aux autres régions, les Hauts-de-France se situent en milieu de ploton, devançant  la Bourgogne-Franche-Comté, la Normandie, le Centre-Val de Loire, les Pays de la Loire et la Bretagne. 

410 000 foyers sous le seuil de pauvreté

La plupart du temps, les personnes qui touchent un très haut revenu sont plus âgées que le reste de la population et "vivent aussi plus souvent en couple". En effet, les personnes de 50 ans et plus représentent 75,7 % des ménages à très hauts revenus dans la région et les personnes en couple 69,4 %. Ces foyers disposent souvent d’importants revenus du patrimoine immobiliers et financiers, qui constituent la source principale de revenu pour 27 % d'entre eux, contre 5 % pour les ménages à plus faibles revenus.

Dans la région, près de la moitié d'entre eux résident dans les métropoles de Lille et Amiens, sur le littoral, ou autour de Chantilly, Compiègne et Senlis. En octobre 2023, l'Insee Hauts-de-France révélait que 410 000 ménages de la région vivent sous le seuil de pauvreté, établit à 1 158 euros en 2024.

Le Pas-de-Calais et l'Aisne sont les départements qui concentrent le moins de ménages à hauts revenus dans les Hauts-de-France. "Près d’un ménage à très hauts revenus sur deux
réside dans le Nord, une proportion plus élevée que le poids démographique du département", précise l'Insee. "Ils y représentent 0,7 % des ménages, comme dans l’Oise qui bénéficie de l’influence francilienne." 

L'actualité "Économie" vous intéresse ? Continuez votre exploration et découvrez d'autres thématiques dans notre newsletter quotidienne.
L'actualité "Économie" vous intéresse ? Continuez votre exploration et découvrez d'autres thématiques dans notre newsletter quotidienne.
choisir une région
France Télévisions utilise votre adresse e-mail pour vous envoyer la newsletter de votre région. Vous pouvez vous désabonner à tout moment via le lien en bas de ces newsletters. Notre politique de confidentialité