Mercato - LOSC : Victor Osimhen, quatre questions autour d'une future vente

Le mercato débute officiellement en France ce lundi 8 juin, dans un contexte économique bouleversé par le coronavirus. Au LOSC, les regards sont braqués sur l'attaquant nigérian Victor Osimhen, qui pourrait être l'une des grosses ventes de ce marché estival des transferts.
Victor Osimhen rapportera-t-il gros au LOSC en cas de vente cet été ?
Victor Osimhen rapportera-t-il gros au LOSC en cas de vente cet été ? © VALERY HACHE / AFP

Après Nicolas Pépé, cédé 80 millions d'euros en août dernier au club anglais d'Arsenal, le LOSC réalisera-t-il un nouveau jackpot sur le marché des transferts, cet été, avec la vente de son attaquant Victor Osimhen ? Meilleur buteur des Dogues cette saison (18 buts toutes compétitions confondues, dont 13 en Ligue 1), le Nigérian de 21 ans suscite forcément les convoitises et les rumeurs se multiplient en ce jour d'ouverture du mercato français.

 

Une vente actée ? 

 

Arrivé à Lille l'été dernier en provenance de Charleroi pour 12 millions d'euros, Victor Osimhen a répété plusieurs fois qu'il se verrait bien rester dans le Nord une saison de plus. "L'idée est de lui faire jouer une autre saison et de bien s'établir avant de quitter Lille", avait indiqué son entourage, le mois dernier, à un média nigérian.

 

 

Si Osimhen a brillé cette saison avec les Dogues, il n'a pas oublié pour autant ses débuts difficiles en Europe, à Wolfsburg, en Allemagne, en 2017, où il joua peu. Il sait que la concurrence est rude dans les grands clubs européens et que la progression d'un jeune joueur peut en souffrir. "J'ai dit il y a quelques années que je devais faire mes preuves à Wolfsburg mais je n'ai pas pu avoir ma chance", a-t-il encore rappelé dans une interview à BBC Africa publiée samedi. "Maintenant, je suis ici (à Lille) et je fais mes preuves et on m'envoie beaucoup de messages pour me féliciter".

"La (Ligue 1) n'est pas aussi facile que certaines personnes le pensent. C'est vraiment compétitif et vous devez jouer parmi les meilleurs", a-t-il ajouté.

Du côté des dirigeants du LOSC, le discours a changé au fil des mois. "Si tout est normal à la fin de saison, il y aura un gros transfert pour lui", pronostiquait, dès novembre, Luis Campos, le conseiller sportif du club. "Osimhen sera lillois la saison prochaine", affirmait en février, sur RTL, le président lillois Gerard Lopez. A une nuance près : "il y a des facteurs que je ne peux pas contrôler comme le fait qu’un club arrive et offre un salaire six ou huit fois supérieur à ce que l’on peut proposer", indiquait alors le patron du LOSC.

Si on se fie à ses dernières sorties médiatiques, Gerard Lopez ne semble plus vraiment s'opposer à un départ de sa pépite nigériane. "Il y a plusieurs offres", a-t-il affirmé, fin mai, auprès de nos confrères britanniques du Daily Mail. "Lors de la précédente fenêtre de transferts en janvier, on a rejeté une offre anglaise et une offre espagnole. (...) Il y a un large éventail (pour cet été) et je ne voudrais pas donner les noms des clubs qui ont fait des offres mais je peux vous dire qu'il y a de multiples offres. Je ne vais pas jouer au vendeur, parce que l'an dernier, les gens ne croyaient pas qu'on avait les offres qu'on avait pour Pépé et il s'est avéré qu'on en avait plusieurs".

 

Une vente nécessaire ?

 

Avant l'interruption du championnat de Ligue 1, en mars dernier, pour cause d'épidémie de coronavirus, le LOSC envisageait de dégager un bénéfice de 7 millions d'euros au 30 juin prochain, selon les informations de notre confrère de L'Equipe, Joël Domenighetti. 

 

 

Avec l'arrêt des compétitions, la donne a forcément changé puisque certaines recettes envisagées n'ont pas été perçues, notamment la billetterie des 4 derniers matches prévus à domicile et surtout le non-paiement de la dernière tranche des droits TV par les diffuseurs. Selon un document de la Ligue de Football Professionnel (LFP) révélé par Mediapart, la perte de cette dernière tranche représente un non-perçu de 17,2 millions d'euros pour le LOSC, qu'il va donc falloir compenser a minima pour équilibrer les comptes. Et le seul levier à court terme, c'est la vente de joueurs.

Certaines étaient déjà programmées et budgétées avant la crise. On pense notamment à Boubakary Soumaré, que le LOSC aurait aimé vendre dès cet hiver, mais le joueur s'y est opposé, ce qui semble avoir créé quelques tensions avec l'équipe dirigeante. 

 

 

D'autres ventes sont également possibles, comme celles du défenseur brésilien Gabriel ou du gardien de but international français Mike Maignan (sur lequel le PSG doit toucher 20% de la plus-value que réalisera le LOSC). Mais Victor Osimhen offre sans doute les meilleures perspectives de recettes pour le LOSC. D'autant que le mercato d'été ne sert pas seulement à équilibrer les comptes de cette saison, mais aussi, à partir du 1er juillet, à financer le prochain exercice. 

Rappelons que, selon le Financial Times, d'importantes échéances financières attendent Gerard Lopez d'ici août 2021 puisqu'il devra avoir remboursé, à cette date, l'emprunt contracté auprès du fonds spéculatif américain Elliott Management.  

 

 

 

Une vente à quel prix ?

 

L'interruption des championnats de football cette année va-t-elle tirer les prix des transferts vers le bas ? C'est possible, même si la reprise de quatre des championnats les plus riches (Bundesliga allemande, Premier League anglaise, Serie A italienne et Liga espagnole) va sûrement permettre de limiter la casse financièrement. Fin mai, le Paris SG est parvenu à négocier une petite "ristourne" avec l'Inter Milan pour le transfert définitif de l'attaquant argentin Mauro Icardi. L'option d'achat était initialement fixée à 70 millions d'euros, la vente s'est finalement conclue à un peu moins de 60 millions, bonus inclus. On reste donc sur des tarifs encore élevés.

A combien partirait aujourd'hui Victor Osimhen ? Le mois dernier, TF1 évoquait une offre à 85 millions d'euros pour l'attaquant nigérian, supérieure donc à la vente de Nicolas Pépé l'été dernier.

 

 

Un montant que Gerard Lopez n'a pas démenti. "Les chiffres élevés que j'ai lus sont très proches du montant des offres que nous avons reçues. C'est là où nous nous situons", a-t-il déclaré au Daily Mail. L'Observatoire du football CIES, basé en Suisse, évalue de son côté le joueur à 64,3 millions d'euros.  

 

 

Ce qui est certain, c'est que le LOSC a intérêt à ne pas précipiter les choses et à faire monter les enchères car, selon nos informations, il devra reverser 20% de la plus-value réalisée sur Osimhen à son ancien club belge de Charleroi. En clair, si le joueur est vendu 80 millions, les Dogues empocheront 66,4 millions d'euros et reverseront 13,6 millions d'euros aux Carolos. Si la transaction est de 60 millions, Lille prendra 50,4 millions et laissera 9,6 millions aux Belges. 

 

 

Reste une inconnue : la date d'ouverture des mercatos des championnats européens qui ont repris ou vont reprendre. Une inconnue qui pourrait là encore inciter le LOSC à temporiser avant de céder son meilleur buteur. 

 

Une vente à quel club ?

 

Le nom de Victor Osimhen circule beaucoup en Angleterre où son profil intéresserait notamment Liverpool, Newcastle, Chelsea et surtout Tottenham, club entraîné par José Mourinho, proche de Luis Campos. Le 26 mai, un média nigérian, The Cable, a publié une interview d'un certain Ariyo Igbayilola, présenté comme l'un des agents du jeune attaquant. "Il a besoin d'un club où il jouera les matches en entier d'une semaine à l'autre, pas d'un club où il sera mis sur le banc", pouvait-on y lire. "Si Harry Kane joue encore pour Tottenham, est-ce que Victor jouera ? Parce qu'il sera toujours sur le banc, à son profit. Kane est leur buteur numéro 1 et il est le capitaine de l'équipe d'Angleterre, et ce sera toujours à son avantage au sein du club, mais au détriment de Victor".

Dans ce même entretien, Igbayilola affirme que c'est le club italien de Naples qui s'est positionné le plus sérieusement pour l'instant. "Je peux vous dire en toute confiance que le seul club qui veut Victor à 100%, là, en ce moment, c'est le Napoli. Mais la décision finale lui revient. Newcastle est aussi dans la course, comme Tottenham. Mais c'est seulement un intérêt. Pas un réel signe d'engagement de leur part".  

Ces informations ont été qualifiées depuis de "fake news" par Victor Osimhen dans son entretien accordé à BBC Africa. "Il y a beaucoup de fausses informations sur un accord déjà conclu entre moi et le Napoli, c'est écoeurant", a-t-il réagi. "S'il-vous-plaît, ne prêtez pas attention aux articles sur des transferts me concernant dans la presse. Je veux rester silencieux là-dessus car je pleure en ce moment la mort de mon père (décédé le 24 mai NDR)".

L'agent de joueurs Bruno Satin, qui s'est occupé du transfert de Kevin Malcuit du LOSC vers le Napoli en 2018, semble également sceptique quant à l'arrivée de l'international nigérian dans le sud de l'Italie. "Les exigences (financières) de Lille sont peut-être top élevées pour le Napoli", estimait-il, le 28 mai, sur Radio Marte. "Des gros clubs anglais comme Tottenham le suivent. Ils le connaissent bien. Ça coûtera au moins 50 millions d'euros". Selon Bruno Satin, un autre joueur lillois serait plus abordable financièrement pour Naples : le défenseur brésilien Gabriel.

 

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
losc football sport