METEO. Tempête Louis : chute d'échafaudages, 5 500 coupures d'électricité, routes inondées... Le point sur les dégâts de la nuit

Météo France avait placé l'ensemble des départements des Hauts-de-France en vigilance orange vents violents ce jeudi 22 février 2024. Au réveil ce vendredi, aucun blessé n'était à déplorer mais 5 500 foyers étaient toujours coupés d'électricité. Des dégâts matériels, notamment liés à des inondations, sont également à dénombrer.

La tempête Louis a frappé le nord de la France ce jeudi 22 février 2024 dès 16h30. Des rafales à jusqu'à 120 km/h étaient attendues en fin d'après-midi sur le littoral. Des pointes à 130 km/h ont finalement été enregistrées sur le littoral au Cap Gris-Nez. Au total les pompiers du Pas-de-Calais ont été mobilisés sur 84 interventions, entre le début de soirée et la fin de la nuit ces 22 et 23 février, principalement pour des chutes de câbles électriques et de matériaux (tuiles, briques...).

Météo France a levé la vigilance orange ce vendredi, même si des rafales pouvant atteindre les 85 km/h devraient continuer de souffler sur le littoral. Le Nord, le Pas-de-Calais, l'Aisne et l'Oise sont tout de même maintenus en vigilance jaune crue. Quelques inondations ont déjà eu lieu dans certaines communes de l'Avesnois. On fait le point.

► À lire aussi : Tempête Louis : risque de tornade, les Hauts-de-France en vigilance orange vent, crue et pluie inondation

Des rues inondées à Cartignies

Dans l'Avesnois, de fortes pluies ont déferlé dès 16 heures. Plusieurs communes ont rapidement vu leurs routes et leurs fossés se remplir d'eau. À Flaumont-Waudrechies par exemple, "des habitants déploraient jusqu’à 30 cm d’eau dans leur cour et 20 cm dans les caves" selon le journal La Voix du Nord.

Sur les réseaux sociaux, les habitants de Cartignies ont partagé de nombreuses photos des inondations. L'eau a recouvert les quartiers Grand Rieu, Petit-Fayt et la route de Dompierre, empêchant la circulation des véhicules dès la fin d'après-midi.

Sur Facebook, un habitant a partagé sa surprise de voir les eaux monter autant autour de sa maison, comme on peut constater sur le post ci-dessus. "Je savais que j’étais en bordure de zone inondable mais je pensais pas à ce point. Après il n’y a rien dans la maison à part dans le garage un peu", écrit-il sous ses photos. Ce vendredi matin, le niveau de l'Helpe Mineure était toujours très haut à l'entrée de Cartignies.

5 500 coupures de courant

À 18 heures, 4 500 clients étaient privés d'électricité dans le Pas-de-Calais et 2 500 dans le Nord selon Enedis, un réseau de distribution d'électricité. À 8 heures les coupures concernaient 2 500 personnes dans le Pas-de-Calais, contre 500 dans le Nord.

En Picardie, les habitants concernés par une coupure s'élevaient à 18 500, dont 15 000 simplement pour l’Aisne. Ce matin à 8 heures plus de 86% des clients impactés étaient réalimentés selon le réseau. 2 500 clients restent cependant privés d’électricité : 1 500 dans l’Oise et 1 000 dans l’Aisne.

Dans le Nord et le Pas-de-Calais 500 salariés et prestataires d'Enedis sont mobilisés sur le
terrain. Ils sont 240 en Picardie.

► À lire aussi : Vigilance orange vent et pluie : la SNCF suspend la circulation de certains TER dans les Hauts-de-France

Un échafaudage manque de tomber au Touquet

Vers 18 heures ce jeudi, un échafaudage a commencé à s'affaisser rue du Docteur Jules Pouget, sur le front de mer du Touquet. Les passants craignaient de voir la structure, élevée sur douze étages, s'effondrer sur la route. Alertés, les pompiers du Pas-de-Calais ont envoyé des membres du GRIMP (groupe d'intervention en milieu périlleux) pour sécuriser le périmètre.

L'échafaudage n'est finalement pas tombé hier soir mais a continué à onduler. La société Nord Access, qui gère les sinistres, doit mettre en place un système de câbles cet après-midi pour démonter la structure. Seuls deux habitants logent actuellement dans l'immeuble, de l'autre côté de la façade.

Des chutes d'arbres impressionnantes

Toute la soirée les habitants des Hauts-de-France ont partagé leur mauvaise rencontre avec des arbres sur la chaussée. Plusieurs branches voire des arbres entiers sont parfois tombés sur la route, nécessitant l'intervention de camions de déblayage. Au Marais de Pécquencourt, un arbre tombé sur un réseau de câbles électrique a nécessité l'intervention des pompiers et des services techniques de la Ville vers 21 heures.

Un poteau est également tombé sur une route à Anvin, ainsi que des fils électriques sur la chaussée à Enquin-les-Mines. Face à ce type de situation, les pompiers rappellent qu'il ne faut surtout pas toucher aux fils et s'éloigner du lieu en passant par une autre route, si celle-ci est impraticable.