Le Nord va tester le service national universel (SNU) : ce qui est prévu, quand et comment

Le secrétaire d'État Gabriel Attal lors d'une visite au lycée Le Corbusier de Tourcoing. / © MAXPPP
Le secrétaire d'État Gabriel Attal lors d'une visite au lycée Le Corbusier de Tourcoing. / © MAXPPP

Où, quand, quoi et avec quel encadrement, le service national universel se précise.

Par Quentin Vasseur

Le département du Nord fera bel et bien partie des treize départements pilotes du service national universel (SNU), a indiqué ce jeudi 17 janvier la préfecture du Nord

Comme le laissait présager le secrétaire d'État auprès du ministre de l'Éducation natoinale et de la jeunesse, Gabriel Attal, lors de sa visite à Tourcoing en novembre, le SNU sera testé dans la région mais seulement dans le Nord, et pas dans le Pas-de-Calais.

200 garçons et filles volontaires vont être retenus dans le département, "représentatifs de la jeunesse", mais le membre du gouvernement précise qu'"un jeune retenu dans le Nord ne fera pas nécessairement son service universel dans le Nord car le brassage et la mobilité font partie des objectifs du SNU."

 

Un stage et une "mission d'intérêt général"

"Pour le Nord, le « centre SNU » sera le lycée professionnel Le Corbusier de Tourcoing", là où le secrétaire d'État s'était rendu, a précisé la préfecture.
 

La première phase du SNU comprend quinze jours en internat en juin, puis une deuxième quinzaine de jours, qui peuvent être répartis (de 80 à 120 heures) entre septembre 2019 et juin 2020 en "mission d'intérêt général dans une association, une collectivité locale ou un corps en uniforme" (pompiers, gendarmes, armée), précisent les services de l'État.

 

Ce qui est prévu et avec qui


Le SNU devrait aborder "de la pédagogie active, des jeux de rôle, de la simulation, du débat, y compris dans les modules sur les institutions et les valeurs de la République", mais aussi sur "des bilans individuels de santé, de maîtrise de la langue française, de compétences.

"Il n’est pas question de cours ex cathedra ou de power point" a prévenu Gabriel Attal, cité dans le communiqué, "l’idée étant qu’aucun jeune 'décrocheur' ne sorte du SNU sans perspective de formation".

L'encadrement sera "hybride" avec aussi bien des animateurs que des éducateurs spécialisés, des jeunes titulaires du BAFA, des personnels de l'Éducation nationale volontaires ou des militaires. "Il y aura un encadrant pour cinq jeunes" prévoit la préfecture.
 

Le dispositif national

À l'échelle nationale, ce sont 2000 à 3000 jeunes qui participeront à la phase de préfiguration du SNU dans 13 départements "représentatifs de la diversité des territoires" : outre le Nord, on compte les Ardennes, le Cher, la Creuse, l'Eure, la Guyane, les Hautes-Pyrénées, la Haute-Saône, la Loire-Atlantique, le Morbihan, le Puy-de-Dôme, le Val-d'Oise et le Vaucluse.

Le recrutement des volontaires se fera via les services de l'État (rectorat, centres de formation d'apprentis, missions locales...)

Les modules de formation seront articulés autour de sept thématiques :

  • Défense, sécurité et résilience nationales
  • Autonomie, connaissance des services publics et accès aux droits
  • Citoyenneté et institutions nationales et européennes
  • Développement durable et transition écologique
  • Activités sportives et de cohésion
  • Culture et patrimoine
  • Découverte de l'engagement

Sur le même sujet

Les + Lus