Un nouveau visage pour le LOSC à Montpellier ?

Sur la pelouse de Metz, le 5 novembre dernier. / © JEAN-CHRISTOPHE VERHAEGEN / AFP
Sur la pelouse de Metz, le 5 novembre dernier. / © JEAN-CHRISTOPHE VERHAEGEN / AFP

Le LOSC affronte Montpellier samedi pour la 14e journée de Ligue 1 de football. Après la mise à pied de Marcelo Bielsa, les joueurs lillois afficheront-ils un nouveau visage ?

Par M. F. avec AFP

Nouveau système de jeu, nouvel état d'esprit, cartes rebattues : quel visage présentera le LOSC samedi (20h00) à Montpellier pour le compte de la 14e journée de L1 après avoir été libéré du joug de Marcelo Bielsa, mis à pied mercredi ?

Les joueurs du LOSC, qui ne s'étaient pas montrés très concernés ou inquiets dans le vestiaire après le naufrage à la Licorne lundi face à Amiens (3-0), semblent désormais plus impliqués. Ils paraissent même ravis de la mise à l'écart d'"El Loco".

"La séance s'est très bien passée. Les joueurs ont rigolé et ne sont pas affectés, au contraire. Ils sont déjà passés à autre chose. Certains ont dit n'avoir pas pris autant de plaisir à l'entraînement depuis longtemps", a affirmé vendredi une source interne au club.


"D'un côté c'est triste car cela montre qu'ils n'en n'ont rien à faire de personne. Mais en même temps, ça peut paraître positif car il semble ne pas y avoir de séquelles. La mise à l'écart de l'entraîneur ne sera donc pas une excuse en cas de mauvais résultat à La Mosson", ajoute cet interlocuteur.

Le départ de l'Argentin, qui inspirait de la peur à ses joueurs, pourrait également rebattre les cartes au sein du groupe. Même si l'effectif n'est pas très étoffé et qu'il ne faut pas s'attendre à des énormes bouleversements, une nouvelle concurrence plus saine pourrait s'installer.

Yves Bissouma pourrait ainsi retrouver du temps de jeu, Nicolas Pépé jouer sur un côté ou Yassine Benzia au poste d'avant-centre. Beaucoup d'options sont envisageables et la seule certitude est que les joueurs n'évolueront plus contre leur gré à un poste qui n'est pas le leur.

"La paranoïa de Bielsa"

La parole pourrait également se libérer alors que la communication était complètement verrouillée ces derniers temps. Très peu de joueurs voire aucun ne s'arrêtaient en zone mixte à l'issue des rencontres, y compris après une victoire. La plupart s'éclipsaient même par des portes dérobées pour ne pas avoir à affronter les micros.

"On revient à un mode de fonctionnement normal. Les joueurs prenaient comme excuse pour ne pas parler la paranoïa de Bielsa et la peur d'être écarté pour une déclaration maladroite, explique une source proche du club. Désormais, ils ne pourront plus donc on verra s'ils jouent le jeu avec la presse. Rien n'est moins sûr..."


Sur le terrain, le LOSC, avant-dernier du championnat à deux points du premier non-relégable, a un besoin impérieux de points pour sortir la tête de l'eau, d'autant qu'il ira défier Lyon au Parc OL mercredi.

Face au MHSC (8e), qui a tenu en échec le tout-puissant Paris SG à la Mosson en septembre puis ramené des nuls de Monaco et Lyon, la tâche des Nordistes s'annonce délicate.

La mise à l'écart de Bielsa, lâché par ses joueurs à Amiens, devrait toutefois entraîner plusieurs changements : d'abord, il est acquis que le système en 3-3-3-1 prôné par le technicien mais pas apprécié ni intégré par les joueurs, va être abandonné.

Le staff provisoire composé de Joao Sacramento, Fernando Da Cruz, Benoît Delaval et Franck Mantaux, qui a dirigé jeudi après-midi sa première session avec le groupe pro, pourrait opter pour un 4-2-3-1, que Bielsa avait fini par mettre en place parfois en raison de la grogne des joueurs.

Avec un bon résultat à la clé ?

A lire aussi

Sur le même sujet

Les + Lus