"On ne sait pas si c'est un suicide ou un meurtre", six adolescents découvrent un corps dans une maison abandonnée

Samedi 23 mars, un groupe d'adolescents a découvert un corps dans une maison abandonnée d'Hautmont, commune du Valenciennois (Nord). L'enquête suit son cours, mais la piste du meurtre est sérieusement envisagée.

C'est dans cette grande maison en briques rouges qu'une sinistre découverte a été faite samedi dernier. En début de soirée, un groupe d'adolescents s'est introduit dans un logement abandonné, situé rue de Boussières à Hautmont (Nord). En pénétrant dans les lieux, les enfants ont rapidement découvert le corps d'un homme d'une quarantaine d'années, inanimé.

Immédiatement alertés, les services de police de la sûreté urbaine du commissariat de police de Maubeuge se sont rendus sur les lieux. "Le défunt était identifié au moyen des documents d’identité retrouvés sur lui et à proximité de son corps", explique le Parquet d'Avesnes-sur-Helpe, en charge de l'affaire.

Chef d'homicide volontaire

Trois jours plus tard, les recherches autour de cet évènement suivent leur cours, sans pour autant permettre de statuer sur les circonstances du décès. "On ne sait pas si c'est un suicide ou un meurtre", expliquait le maire de la commune, Stéphane Willemotte, avant d'ajouter qu'il ne dispose d'aucune autre information pour l'instant. Le Parquet rappelle que, compte tenu des circonstances de la découverte du corps et de l’âge du défunt, une enquête a été ouverte du chef d’homicide volontaire.

Le mystère plane donc toujours autour de ce corps... Dans la journée de dimanche, la maison a été scellée par des rubalises déposées par la police nationale. Sur le document, on peut lire l'indication "meurtre".

Résultats de l'autopsie

L'autopsie du corps a été réalisée ce lundi 25 mars. Selon l'analyse du médecin légiste, aucune cause traumatique et aucune intervention d’un tiers ne sont a priori à l’origine du décès. Cependant, les causes de la mort n'étant toujours pas expliquées, les investigations se poursuivent.

Des analyses anatomopathologiques (étude des lésions de tissus) doivent encore être réalisées, pour confirmer ou non les premiers éléments de l’enquête.