L'Open du Nord veut passer la vitesse supérieure

Après la finale cet après-midi à 15h à Lille, l’Open du Nord pense déjà à son avenir. Le tennis club lillois, qui organise le principal tournoi masculin dans les Hauts-de-France, souhaite passer à la division supérieure dès l’an prochain.

Par AM

La finale de l’Open du Nord a lieu ce dimanche à 15h à Lille, entre le Néerlandais Botic van de Zandschulp et le Suédois Mikael Ymer. Deux finalistes inconnus du grand public, classés entre la 300è et la 400è place mondiale. Et c’est le cas pour tous les participants à ce tournoi. Le tennis club lillois, qui organise l’événement, veut donc le rendre plus attractif en augmentant les prix pour l’édition 2018. Principal obstacle : les finances.
Actuellement, 25 000 dollars de primes sont répartis entre les joueurs. A titre de comparaison, la dotation à Roland Garros s’élève à presque 15 millions d’euros.
L'Open du Nord veut passer la vitesse supérieure

Le TCL voudrait organiser un tournoi Challenger à 50 000 dollars de prix. Pour cela, il devra sacrifier sa section professionnelle, qui dispute le championnat de France interclubs, et regrouper les subventions.
Yannick Mertens, joueur belge du tennis club de Lille, a remporté deux fois l’Open du Nord, en 2014 et en 2016. Pour lui, il est temps de passer la vitesse supérieure : « Le club a certainement le niveau pour un tournoi Challenger. Je pense que c’est possible. »
En plus d’attirer des joueurs plus haut dans le classement ATP, le surclassement du tournoi présente un intérêt économique selon Henri Magniant, président du Tennis club lillois, qui y croit. « Ce serait plus de 150 000 euros de plus par rapport au budget actuel. Les subventions devraient pouvoir y contribuer. Cela nous permettrait aussi de faire venir plus d’acteurs privés, des donateurs, sponsors et mécènes, ce qui nous permettrait de faire un beau tournoi. »

Le dernier élément pour que les astres s’alignent ? Une entente entre les institutions, pour Patrice Brulez, vice-président de la ligue des Flandres. « Il faut que tout le monde autour tire dans le même sens, que ce soit le Département ou la collectivité, pour aller vers un tournoi à 50 000 dollars. »
En attendant de grandir, l’Open du Nord sert de révélateur de talents, à l’image du finaliste suédois de cette année : à 18 ans, Mikael Ymer a déjà été finaliste de Wimbledon chez les juniors.

Finale à 15h : 5€ / gratuit pour les enfants de moins de 12 ans et les licenciés FFT dans la limite des places disponibles.

 

Sur le même sujet

Raymond Froment lance une souscription pour la réfection de l'horloge du clocher

Les + Lus