Plan social chez Flunch : dans les Hauts-de-France, le groupe Mulliez ferme les restaurants de Lille et Valenciennes

39 restaurants Flunch vont être fermés dans toute la France, après l'effondrement du chiffre d'affaire causé par la crise sanitaire de 2020. D'autres enseignes tenues par l'Association Familiale Mulliez ont connu le même sort au cours de l'année.
Deux restaurants Flunch fermeront dans les Hauts-de-France, à Lille et Valenciennes.
Deux restaurants Flunch fermeront dans les Hauts-de-France, à Lille et Valenciennes. © Frédérik JILTAY / France Televisions

Le moins que l'on puisse dire, c'est que l'Association Familiale Mulliez écrème. Après Alinéa, puis Phildar, cédés au prix de milliers d'emplois supprimés, l'empire de la grande distribution a décidé de sacrifier à la crise 39 de ses restaurants Flunch à travers la France, sur les 160 établissements non-franchisés qui existent. Leur fermeture a été annoncée dans un courrier de la direction, que l'AFP a pu consulter. 

Les restaurants de Lille et Valenciennes fermés

"Après étude de toutes les solutions possibles, notamment de cession, ces restaurants vont définitivement fermer et ne rouvriront pas d'ici les notifications de licenciement qui pourraient commencer à compter du 16 août 2021", écrit Guillaume Lecomte, directeur général de l'actionnaire de Flunch. Dans les Hauts-de-France, les restaurants de Lille et de Valenciennes sont concernés par cette fermeture. Selon Philippe Delahaye, délégué syndical central CFE-CGC, "entre 800 et 900 salariés" sont concernés par ces 39 fermetures. 18 restaurants sont encore dans l'attente d'une incertaine reprise, le bilan social pourrait donc encore s'alourdir. 

"Se restructurer sur le dos du covid", une stratégie délibérée ?

Pour les salariés, la pilule risque d'être dure à avaler. "Le contexte permet au groupe Mulliez de se restructurer sur le dos du covid", dénonçait déjà en octobre 2020 David Malezieux, secrétaire adjoint de la section commerce de la fédération employés et cadres de Force Ouvrière. La CGT avait par ailleurs signalé en juin que "la direction reste sur sa position, à savoir ne pas vouloir reclasser les salariés dans les autres entités du groupe Mulliez" et jugé ce procédé "sans précédent".

La direction justifie son choix de plan social et de fermetures par l'effondrement du chiffre d'affaires de Flunch, suite à la fermeture des restaurants en 2020. Malgré cela, difficile pour la famille Mulliez de se ranger du côté des victimes de la crise. La fortune du patriarche roubaisien, Gérard Mulliez, 89 ans, est estimée à 26 milliards d'euros. En 2020, malgré la crise sanitaire, lui "et sa famille", comme le précise Capital, occupent la 6ème place du classement des 500 plus grandes fortunes de France. Un club très envié, que la famille Mulliez n'a plus quitté depuis 1998.

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
crise économique économie emploi